•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès aux cours pendant la grève : injonction prolongée à Sherbrooke

Accès aux cours pendant la grève : injonction prolongée à Sherbrooke
Geneviève Proulx

Le juge de la Cour supérieure, Gaétan Dumas, prolonge l'injonction provisoire obtenue par 13 étudiants de Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Sherbrooke qui voulaient avoir accès à leurs cours pendant la grève.

L'injonction, qui était d'une durée de dix jours, est prolongée à 30 jours le temps que le magistrat délibère sur une requête d'injonction interlocutoire.

L'avocat des requérants est satisfait de ce prolongement. Il estime que la mobilisation étudiante est encore très présente, même si la grève est terminée, et il souhaite que ses clients puissent terminer leur session universitaire sans menaces ou intimidations.

« On veut s'assurer qu'il y ait un maintien d'un climat propice à l'enseignement, que ces gens ne fassent plus l'objet de telles mesures de représailles pour la suite des choses, tant pour la fin de la session ou jusqu'à ce qu'il y ait jugement final », explique Me Hugo Champoux.

Le but ultime de ces étudiants est d'obtenir une injonction permanente. S'il y a grève l'automne prochain, ils pourraient avoir droit d'avoir accès à leurs cours sans perturbation ni intimidation. « On sait qu'un vote de grève est prévu le 22 septembre. On veut s'assurer que les étudiants n'auront pas à passer par le même processus que nous. Qu'ils fassent face à des menaces et de l'intimidation. On veut s'assurer que le droit à l'éducation est protégé à long terme », soutient l'un des requérants, Nicolas Trudel. 

Le juge s'est engagé à rendre sa décision sur l'injonction interlocutoire d'ici 30 jours. 

Justice et faits divers