•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mésentente entourant l'inhalation de vapeurs d'essence au Labrador

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un dirigeant de la communauté innue de Natuashish, au Labrador, affirme qu'il y a toujours des enfants qui inhalent des vapeurs d'essence. Or, le chef de la même communauté dément ces propos.

Un dirigeant de la communauté innue de Natuashish, au Labrador, affirme qu'il y a toujours des enfants qui inhalent des vapeurs d'essence. Or, le chef de la même communauté dément ces propos.

Simeon Tshakapesh, chef adjoint de la communauté, explique qu'il y a quelques jours, il a entendu des enfants qui faisaient du bruit dans une maison en rénovation. Il dit qu'il était mal préparé pour voir ce qui s'y passait.

M. Tshakapesh a subi un choc en voyant l'état de la maison et les jeunes à l'intérieur qui inhalaient des vapeurs d'essence. La maison était vandalisée. Tous les jeunes se sont enfuis quand il est entré, à l'exception d'une jeune fille qu'il a trouvée inconsciente dans la baignoire. 

Selon M. Tshakapesh, il y avait six ou sept jeunes à l'intérieur. La plus jeune personne était âgée d'environ 11 ans.

Mais voilà qu'en entrevue à CBC, le chef de la communauté innu de Natuashish réfute les allégations de son adjoint. Greg Rich réagissait aux propos et aux photos diffusées par Simeon Tshakapesh. Le chef Rich croit qu'il s'agit d'un incident isolé et non d'une recrudescence du problème que la communauté a vécu dans le passé.

Greg Rich souligne que des programmes efficaces ont été mis en place pour aider les jeunes. Il en appelle toutefois aux parents de mieux encadrer leurs enfants.

Simeon Tshakapesh est inquiet

Le chef adjoint s'inquiète pour les enfants de la communauté. La situation est un problème complexe, dit-il.

Simeon Tshakapesh a appelé la GRC, mais on lui a dit que les agents ne faisaient pas de patrouille à ce moment. Il propose de lutter contre le problème en embauchant plus de conseillers et en créant une force policière communautaire qui ferait des patrouilles durant la nuit.

Le problème de l'inhalation des vapeurs d'essence dure depuis des décennies. Il remonte à l'époque où la communauté était située à Davis Inlet, à quelques dizaines de kilomètres de Natuashish.

Selon un conseiller en toxicomanie, Bill Partridge, la communauté a besoin d'un centre où les jeunes qui n'ont pas d'encadrement familial sain peuvent rester en sécurité.

Certains enfants s'enfuient de la maison parce que leurs parents consomment de la drogue, de l'alcool ou sont violents, explique M. Partridge.

Santé Canada est « vivement préoccupé »

Santé Canada a déclaré par voie de courriel être « vivement préoccupé par les nouvelles informations au sujet de l'abus de solvants ».

Le ministère dit appuyer les efforts déployés par les Innus Mushuau pour surmonter ces problèmes et qu'il poursuivra sa collaboration avec les Innus et le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador pour s'attaquer à ce problème. 

« Nous travaillons de concert avec les Innus pour s'assurer que toutes les personnes ayant besoin de soins y ont accès », affirme le ministère.

Avec des informations de Stéfan Thériault et Philippe Grenier.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie