•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

30 pompiers de Trois-Rivières accusés d'outrage au tribunal

Radio-Canada

Une assignation à comparaître pour répondre à des accusations d'outrage au tribunal a été envoyée à 30 pompiers de Trois-Rivières ainsi qu'à leur syndicat. La Ville de Trois-Rivières leur reproche de ne pas avoir respecté une entente survenue devant la Commission des relations du travail.

Des négociations dans le but de renouveler la convention collective des pompiers traînent depuis un an. La Ville allègue que les pompiers, qui doivent être disponibles 24 heures sur 24, exercent des moyens de pression illégaux en négligeant de répondre aux appels d'urgence.

Le syndicat des pompiers de Trois-Rivières se défend en disant que le système de communication de la Ville est désuet et que les téléavertisseurs ne fonctionnent pas toujours. Il assure qu'il ne s'agit pas de moyens de pression lorsque les pompiers ne répondent pas aux appels d'urgence. Le président du syndicat, Gino Harnois, refuse toutefois d'émettre davantage de commentaires pour l'instant.

L'affaire s'est retrouvée devant le Conseil des services essentiels de la Commission des relations du travail du Québec, qui a invité les deux parties à adopter une entente. La Ville de Trois-Rivières estime que les pompiers n'ont pas respecté cette entente à au moins trois reprises. « Nous n'avions plus le choix, soutient le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant. Nous nous sommes adressés à un juge qui a accepté d'entendre la cause. »

S'ils sont reconnus coupables, les pompiers s'exposent individuellement à une amende pouvant aller jusqu'à 5000 $ ou à un an d'emprisonnement.

Les 30 pompiers et leur syndicat devront se présenter devant le tribunal le mardi 14 avril au palais de justice de Trois-Rivières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Justice et faits divers