•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un coup de pouce financier de 7,5 M $ pour Frima

Travail des téléphonistes de différentes entreprises devant des standards téléphoniques.(1930 à 1976)

Radio-Canada

Le Fonds de solidarité de la FTQ et le groupe médiatique franco-belge Média-Participations investissent 7,5 millions de dollars dans l'entreprise de jeux vidéo Frima de Québec. Ce partenariat va permettre au studio Frima d'accélérer sa croissance et de procéder à des acquisitions au Canada.

Média-Participations est établi en Europe dans les milieux de la télévision, du cinéma, de la bande dessinée et des livres jeunesse. 

« Pour la première fois dans notre histoire de 12 ans, on ouvre notre capital pour faire entrer des investisseurs externes. Ils vont nous permettre de faire des acquisitions, c'est la prochaine étape pour Frima, faire des acquisitions à Québec et même hors Québec », précise le président-directeur général de Frima, Steve Couture.

Actuellement on est à la chasse. On est prédateur au niveau des acquisitions. On veut faire des acquisitions pour faire grandir Frima.

Steve Couture, président-directeur général de Frima

Steve Couture précise que le siège social de Frima va demeurer à Québec malgré ses plans d'expansion. La gestion de l'entreprise et l'intelligence d'affaires sont ici pour rester, promet le président-directeur général.

Un géant européen

Média-Participations possède les droits de plusieurs bandes dessinées, comme lucky luke.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Média-Participations possède les droits de plusieurs bandes dessinées, comme lucky luke.

Le géant du divertissement Média-Participations est le troisième groupe français d'édition en importance avec un chiffre d'affaires de plus d'un demi-milliard de dollars. Le consortium produit des oeuvres célèbres comme Lucky Luke, Marsupilami, Tintin et Astérix.

Le directeur général de Média-Participations, Claude de Saint Vincent, ne cache pas son intérêt à percer le marché nord-américain.

« Le développement dans le jeu vidéo est naturel pour nous et nous l'avons déjà initié en France. En s'associant à Frima, on accélère aussi notre développement international », résume Claude de Saint Vincent.

Une industrie en croissance

Le maire de Québec Régis Labeaume souligne pour sa part que l'industrie du multimédia se porte bien à Québec. Il rappelle que deux nouvelles entreprises, l'une montréalaise et l'autre Belge, se sont installées à Québec récemment.

« Il y en a aussi une autre sur laquelle on travaille actuellement. Nous, à la Ville de Québec, on pense que de créer une masse critique d'entreprises multimédias, ça va attirer de nouveaux travailleurs », dit-il.

Frima emploie actuellement 350 personnes. L'entreprise conçoit notamment des jeux pour les consoles, des jeux sociaux en ligne et des applications mobiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Économie