•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le PQ a perdu son âme, selon Parizeau

    Jacques Parizeau

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada
    Mis à jour le 

    Dans une longue entrevue accordée en février à Radio-Canada et diffusée lundi, l'ancien premier ministre du Québec Jacques Parizeau, jette un regard dur sur le Parti québécois (PQ) et estime que son ancienne formation politique a perdu son âme.

    À l'entendre parler, celui qui a dirigé le Québec de 1994 à 1996 n'est pas fier de ce qu'est devenu le PQ.

    « On a démoli graduellement ce parti-là, et surtout, on lui a fait perdre son âme, estime-t-il. On l'a égaré dans des discussions byzantines. Ça ne veut pas dire que ce n'est pas récupérable. Mais ça veut dire que la preuve est à faire », dit-il en entrevue avec Michel Lacombe, ajoutant que le Parti québécois est un « champ de ruines ».

    [Les péquistes] n'ont pas l'air de croire en eux. Comment voulez-vous que les autres croient en eux?

    Jacques Parizeau, ancien premier ministre

    M. Parizeau n'exclut pas que le Québec puisse un jour réaliser la souveraineté. Selon lui, tout dépend maintenant de la volonté des jeunes de 30 et 40 ans. Il estime que les jeunes de cette génération sont très ambitieux et qu'ils ont pris l'habitude du succès. Ce constat lui donne confiance en l'avenir.

    L'ancien premier ministre s'inquiète aussi de l'état de l'économie québécoise. À son avis, un « remède de cheval » est nécessaire pour aider les PME en matière d'innovation et de modernisation.

    Il dénonce également les mesures d'austérité mises de l'avant par le gouvernement de Philippe Couillard.

    « Il y a eu une fixation sur le déficit zéro, constate-t-il. Plus que ça! Pour moi, c'est religieux. »

    Des propos qui font réagir au Parti québécois

    En entrevue à l'émission C'est pas trop tôt, le chef intérimaire du PQ Stéphane Bédard a dit être déçu des propos de l'ancien chef souverainiste. Il affirme que ce dernier devrait parler d'avenir plutôt que de jouer aux gérants d'estrade.

    « Je suis déçu de M. Parizeau. J'aurais aimé qu'il parle de souveraineté, d'indépendance, de la force du message. Et il a décidé dans les 20 dernières années de se poser en critique de ceux qui en font la promotion », a-t-il laissé tomber.

    « Moi, je ne peux pas embarquer dans "on est bon/on n'est pas bon". On fait notre travail correctement. Moi, je ne critiquerai pas le passé, ce qu'il a fait, ce qu'il n'a pas fait, ce qu'il aurait du faire. [...] Je l'invite à parler de l'avenir, ce serait beaucoup plus profitable pour tout le monde. »

    De passage en Abitibi, le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, affirme que la course à la direction, dans laquelle il s'est lancé, est une bonne occasion de remettre les pendules à l'heure.

    « C'est justement l'occasion de renouveler notre parti, d'amener des idées neuves, d'amener de nouveaux membres également, d'arriver à une vision de ce qui va plaire aux Québécois, qui va plaire aux travailleurs, aux régions, aux familles, à la classe moyenne », a-t-il dit, en précisant qu'il n'a pas écouté la totalité de l'entrevue accordée par Jacques Parizeau.

    « Le Parti québécois doit se recentrer sur sa raison d'être: l'indépendance et la social-démocratie, tel que je le propose », a pour sa part écrit sur Twitter Martine Ouellet, qui brigue elle aussi la direction du parti.

    Vos commentaires

    Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

    Politique