•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival cinéRelève : il n'est jamais trop tôt pour faire du cinéma

Festival cinéRelève

Le festival du film étudiant cinéRelève

Photo : Fanny Samson/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des cinéastes en herbe rassemblés au Nouveau-Brunswick dans le cadre du festival provincial du film étudiant cinéRelève ont présenté 27 œuvres médiatiques.

L'événement s'est déroulé du 3 au 5 avril à l'École Blanche-Bourgeois, à Cocagne. Des jeunes du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et du Québec y ont participé. Ils étaient fiers de présenter leurs créations à leurs parents.

« C'est le fun parce qu'on sait qu'il y a des personnes qui vont aimer ça aussi. On fait beaucoup de travail pour qu'il y ait des personnes qui apprécient notre film », affirme Eliot Bergeron, 10 ans.

L'idée derrière cinéRelève, c'est d'encourager les jeunes à créer leur petit film.

Une citation de :Jean-Pierre Desmarais, directeur de cinéRelève

Ces films sont tournés avec de petites caméras, des téléphones ou des tablettes électroniques.

« Ç'aurait été très difficile il y a dix ans de faire ce genre de concours là, parce qu'il y a dix ans on parlait encore de faire des films avec de la pellicule. Maintenant, c'est très démocratisé. Aujourd'hui, ça permet à beaucoup de jeunes d'avoir toutes sortes d'équipement », explique Jean-Pierre Desmarais.

Le cinéma est un moyen d'expression pour les jeunes. Ils abordent des sujets variés.

« Ça parlait de deux agentes secrètes que si elles ne réussissaient pas leur dernière mission, elles seraient renvoyées de leur agence », précise Noémie Comeau-Godin, 13 ans, au sujet de son film.

« Il y a beaucoup de films sur l'intimidation, beaucoup de films sur les bonnes actions. Il y a beaucoup de films d'animation », souligne M. Desmarais.

Festival cinéRelèeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un atelier de scénarisation avec l'écrivain Jean-Marie Pitre

Photo : Serge Clavet/Radio-Canada

Les jeunes ont pu recevoir les conseils de professionnels du milieu cinématographique. Neuf ateliers du genre étaient au programme.

« Je suis très content de pouvoir transmettre mes connaissances aux jeunes. J'ai 15 ans d'expérience, c'est le fun de pouvoir partager ça avec les jeunes », affirme Christopher Harrigan, cinéaste.

C'est rassurant de voir qu'il y a des jeunes qui s'intéressent à apprendre à écrire des histoires.

Une citation de :Jean-Mari Pître, artiste de l'image

Jean-Pierre Desmarais est étonné par le talent des jeunes cinéastes. « Je ne sais pas de quelles façons ils se renseignent, peut-être à travers l'internet. Il y a peut-être des tutoriels qui leur montrent comment faire pour des plans de caméras ou des effets spéciaux », dit-il.

Le festival se termine dimanche. Il sera de retour l'an prochain. Les organisateurs espèrent que les jeunes y seront encore plus nombreux.

D'après un reportage de Fanny Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie