•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tournoi de hockey de Pikogan: à la rencontre de l'autre

26e édition du tournoi de hockey de Pikogan

26e édition du tournoi de hockey de Pikogan

Photo : Godefroy Macaire Chabi

Radio-Canada

La 26e édition du tournoi annuel de hockey et de ballon-balai de Pikogan se tient, durant toute la fin de semaine, sur les patinoires d'Amos et de St-Félix-de-Dalquier. Au fil des années, ce tournoi de Pikogan est devenu un lieu de rencontre entre joueurs autochtones et non autochtones.

Avec les informations de Godefroy Macaire-ChabiTwitterCourriel

Près de 80 équipes des communautés algonquines, cries et attikamecks du Québec participent à la compétition.

Il y a 26 ans, le tournoi de Pikogan était constitué essentiellement d'équipes et de joueurs autochtones. Au cours des dernières années, les équipes se sont diversifiées. « Au début, il n'y avait aucun allochtone dans le tournoi, et de plus en plus, dans les équipes, on a inclus deux allochtones dans les équipes », informe le coordonnateur du tournoi, John Mowatt.

Une expérience enrichissante

Pour la première fois cette année, trois équipes de l'Association du hockey mineur d'Amos participent au tournoi. « Nous, on reçoit toujours dans nos tournois des équipes autochtones. On se voit mal de ne pas participer à leur tournoi [...] ça renforce les liens qu'on a avec eux », explique la coordonnatrice Joanne Savoie.

Les initiateurs du tournoi ont comme objectif de renforcer les liens et d'éliminer les préjugés. John Mowatt note de bons résultats. « Il y a beaucoup de compréhension. Les allochtones sont très satisfaits, ils aiment voir l'ambiance », remarque-t-il.

C'est le cas de Christina St-Denis, de Messines, qui a accompagné son fils qui joue pour une équipe autochtone de l'Outaouais. « C'est vraiment une bonne expérience. Si tout le monde pouvait, le vivre ce serait parfait! On est vraiment heureux que notre garçon puisse vivre ça », témoigne-t-elle. 

Charlie Papatie, entraîneur de l'équipe de Kitcisakik.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Charlie Papatie, entraîneur de l'équipe de Kitcisakik.

Photo : Godefroy Macaire Chabi

Chez les novices de Kitcisakik, cinq joueurs sont de l'extérieur. Selon l'entraîneur, Charlie Papatie, l'implication des parents allochtones est importante. ce qu'on demande aux parents c'est de nous aider en tant qu'entraîneurs

Le tournoi de Pikogan regroupe les jeunes de 6 à 21 ans des catégories prénovice à junior. Il sert de tremplin aux jeunes joueurs pour atteindre l'élite

L'engouement du hockey chez les jeunes autochtones

Selon le coordonnateur du Tournoi de Pikogan, John Mowatt, sur près de 450 membres de l'Association du hockey mineur d'Amos, 90 proviennent de la communauté de Pikogan. D'ici un an, ils pourraient atteindre 125.

À lire aussi:

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones