Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accord sur le nucléaire « ouvre une nouvelle page », dit le président iranien

Le nouveau président, Hassan Rohani, en entrevue à la télévision iranienne

Le nouveau président, Hassan Rohani, en entrevue à la télévision iranienne

Photo : La Presse canadienne / AP / Bureau de la présidence, Iran / Rouzbeh Jadidoleslam

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président de l'Iran, Hassan Rohani, soutient que l'accord-cadre intervenu jeudi sur le programme nucléaire de son pays est un premier pas  « vers l'amélioration des relations entre Téhéran et la communauté internationale ».

Rappelons qu'après huit jours de négociations marathon à Lausanne, l'Iran et le groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) se sont entendus sur les principaux paramètres d'un futur accord d'au moins 10 ans sur le nucléaire iranien. Un accord définitif doit être conclu avant le 30 juin.

Dans un discours télévisé, le président iranien a estimé que la conclusion éventuelle d'un accord global pourrait ouvrir « une nouvelle page » dans les relations entre l'Iran et la communauté internationale. L'accord-cadre prévoit « de nouvelles coopérations avec le monde, dans le secteur du nucléaire et dans d'autres secteurs », a-t-il ajouté.

Selon Hassan Rohani, « c'est le premier pas vers une coopération productive avec le monde ».

« Nous avons des tensions et même de l'hostilité avec certains pays, et nous aspirons à la fin de ces tensions et de ces hostilités. »

— Une citation de  Le président de l'Iran, Hassan Rohani

« Ce jour restera dans l'histoire de la nation iranienne. Certains pensent que nous devons combattre le monde ou nous soumettre aux grandes puissances. Nous affirmons qu'il ne faut faire ni l'un ni l'autre, mais qu'il existe une troisième voie. Nous pouvons coopérer avec le monde », a soutenu le président.

Le président Rohani a promis que l'Iran allait honorer les engagements pris dans le cadre de cet accord, à condition que les autres signataires fassent de même.

« Nous ne trichons pas. Nous ne jouons pas double jeu. Puisque nous avons donné notre parole [...], nous allons agir sur la base de cette promesse. Évidemment, cela dépend durespect des promesses de l'autre partie », a déclaré Hassan Rohani, dans un discours télévisé.

Hassan Rohani s'est également félicité que les grandes puissances aient reconnu à l'Iran le droit d'enrichir de l'uranium.

Comprendre la crise nucléaire iranienne

En vertu de l'accord-cadre, l'Iran devra notamment se défaire de plus des deux tiers de ses centrifugeuses – lesquelles produisent de l'uranium pouvant servir à une bombe atomique –, démanteler un réacteur qui pourrait produire du plutonium et accepter des vérifications.

Le président des États-Unis, Barack Obama, a qualifié l'accord d'« historique ».

En Israël, le président Benyamin Nétanyahou a vivement désapprouvé la conclusion de l'accord-cadre sur le nucléaire iranien. Dans une conversation avec le président Obama, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a répété que cet accord représentait une menace pour l'existence de son pays.

Le président Obama promet de ne signer aucun accord pouvant constituer une menace pour Israël.

.

Vous ne voyez pas cette ligne du temps sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !