•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un arrêt de production évité chez Bombardier à La Pocatière

Bombardier pourra poursuivre la construction des voitures du métro de Montréal à La Pocatière.

Photo : Jocelyn Létourneau

Radio-Canada

L'arrêt d'une partie de la production à l'usine Bombardier de La Pocatière prévue pour la fin avril n'aura pas lieu. Le gouvernement du Québec avance 31,5 millions pour la poursuite de la fabrication des trains AZUR du métro de Montréal.

Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust, a souligné jeudi qu'il s'agissait d'un financement intérimaire, une mesure d'exception pour éviter l'arrêt de production qui aurait eu des conséquences importantes sur l'économie de la région.

En raison d'un problème avec un fournisseur pour la conception des voitures de métro, 145 travailleurs de La Pocatière étaient menacés de mises à pied temporaires d'ici la fin avril.

Les employés de La Pocatière sont soulagés, souligne le président du syndicat des travailleurs, Mario Guignard.

« On est heureux, contents, mais surtout un grand soulagement de voir que le gouvernement s'est assis à la table avec Bombardier pour trouver une solution pour maintenir les emplois à La Pocatière parce que c'est pour tous les travailleurs de Bombardier, c'est la famille, l'économie locale, c'est énorme », dit-il.

Prêt remboursable

Selon l'entente conclue entre le gouvernement, la Société de transport de Montréal (STM) et le consortium des sociétés Bombardier et Alstom, le financement temporaire permettra de payer les voitures qui seront entreposées jusqu'à ce qu'elles puissent être complétées, a expliqué Jacques Daoust.

Les employés de La Pocatière évitent une mise à pied temporaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les employés de La Pocatière évitent une mise à pied temporaire.

Photo : Jocelyn Létourneau

« On paie la STM pour qu'eux puissent payer et quand ce sera prêt à payer, on sera remboursés. C'est simplement un financement intérimaire où on agit pour faire en sorte que le paiement se fasse même si la voiture n'est pas complète, complète. »

La STM n'étant autorisée à payer que pour un produit livré et complet, Bombardier était contrainte de retarder la production des nouvelles rames.

Bombardier avait annoncé ces mises à pied temporaires en janvier en raison d'un problème avec le fournisseur d'un logiciel de contrôle pour la conception des voitures du métro AZUR commandées en 2010 par la STM. Il s'agit d'un contrat de 1,2 milliard de dollars.

La STM se dit soulagée de ce dénouement, puisque les premières voitures doivent être livrées au cours des prochains mois. Selon le contrat, la STM doit recevoir la totalité des 468 voitures avant la fin de 2018. 40 voitures ont déjà été construites à La Pocatière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie