•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’école francophone de Scenic Acres ouvrira avec un an de retard

Les plans d'architecte de l'école francophone Scenic Acres prévue pour la rentrée 2016

Les plans d'architecte de l'école francophone Scenic Acres prévue pour la rentrée 2016

Photo : Tiphanie Roquette/Ici Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ouverture de l'école francophone de Scenic Acres dans le nord-ouest de Calgary est maintenant prévue pour la rentrée scolaire 2017 et non plus pour celle de 2016, comme cela avait été initialement annoncé.

Le gouvernement et le conseil scolaire FrancoSud expliquent que l'opposition des riverains a retardé le dossier, mais le conseil scolaire n'exclut pas que l'établissement, qui pourra accueillir 400 élèves, soit prêt plus tôt.

La date d'ouverture prévue maintenant pour septembre 2017 est une estimation du ministère de l'Éducation. Le conseil scolaire attend le permis de construire de la Ville de Calgary pour établir un échéancier pour la construction de l'école.

Une association de résidents du quartier avait déposé, en décembre dernier, une demande d'injonction pour empêcher la construction de l'école dans le parc principal du quartier Scenic Acres. Elle affirmait que le conseil scolaire des écoles publiques avait enfreint la loi municipale en cédant un terrain inutilisé au conseil scolaire FrancoSud pour y bâtir sa nouvelle école.

La loi prévoit que si un conseil scolaire n'a plus besoin d'un terrain qui était réservé pour une école, il doit le restituer à la ville.

La requête des riverains a avorté puisque la Cour du Banc de la Reine a rejeté leurs arguments en janvier dernier. Dans sa décision, le juge a argué qu'un processus de transfert de propriété serait un gaspillage de temps et d'argent.

Le conseil scolaire FrancoSud explique le retard d'un an dans l'avancée des travaux par le fait que la procédure judiciaire a eu un impact sur la signature des contrats. Le conseil a dû faire affaire avec une autre entreprise que celle avec laquelle il avait préalablement conclu le contrat.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !