•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autobus électrique arrive à Montréal en 2016

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est sur une piste enneigée, sur un circuit fermé situé au nord de Montréal, que des ingénieurs de Nova Bus analysent la performance d'un des trois autobus entièrement électriques qui seront en activité, l'an prochain, à la Société de transport de Montréal (STM).

C'est sur une piste enneigée, sur un circuit fermé situé au nord de Montréal, que des ingénieurs de Nova Bus analysent la performance d'un des trois autobus entièrement électriques qui seront en activité, l'an prochain, à la Société de transport de Montréal (STM).

Un texte de Vincent MaisonneuveTwitterCourriel

« C'est le deuxième hiver que l'on fait des tests. On a de bons résultats », lance Ralph Acs, grand patron pour les Amériques chez Volvo, la maison mère de Nova Bus. « C'est un de nos grands projets que l'on développe ici » à Saint-Eustache.

Le projet d'autobus électrique a été lancé en 2012. À l'époque, le gouvernement Charest injecte 27 millions de dollars pour favoriser la création d'un consortium québécois formé, entre autres, de Nova Bus et de TM4, une filiale d'Hydro-Québec.

Puis, en novembre 2013, le gouvernement Marois avance un autre montant de 12 millions de dollars. Cette fois, pour financer le projet pilote avec la STM. L'idée est de mettre en service et tester au quotidien trois autobus électriques sur une des lignes de la STM.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

De l'intérieur, l'autobus électrique est identique aux véhicules Nova Bus actuellement en circulation. « C'est la même plateforme qu'un autobus standard Nova Bus. »

Pour ne pas perdre d'espace à bord, Nova Bus a fait le pari de limiter au strict minimum le nombre de batteries. Il ne faut « pas mettre trop de batteries, juste assez pour assurer une opération en continu et maximiser la capacité du véhicule », explique M. Ouellet.

L'autonomie de l'autobus est de 15 à 25 kilomètres entre chaque recharge. Mais, contrairement aux voitures électriques, qu'il faut recharger pendant des heures, l'autobus fait le plein en seulement quelques minutes grâce à des bornes situées à chaque extrémité du parcours.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Volvo utilise déjà ce système de recharge en Europe sur des autobus hybrides rechargeables. Les bornes qui seront utilisées dans le cadre du projet pilote avec la STM rechargent les batteries en moins de six minutes.

L'autobus peut donc rouler continuellement sans avoir à retourner faire le plein au garage. « Ça permet d'offrir un service identique à une ligne normale », soutient Maxime Ouellet.

En 2013, la STM évaluait le prix de l'autobus électrique à un peu plus d'un million de dollars. Il faut ajouter le prix des bornes de recharge. La STM n'a toujours pas annoncé l'endroit où les autobus seront déployés.

Le projet pilote, d'une durée de trois ans, va permettre à Nova Bus et à la STM d'en savoir beaucoup plus sur le comportement de l'autobus électrique dans les opérations quotidiennes.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les reportages de Jean-Sébastien Cloutier et Vincent Maisonneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !