•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Le pétrole bitumineux est de retour sur la Rive-Sud et le fleuve

Transport de pétrole par train

Photo : David Parrott / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Cinq mois après la suspension des exportations par Suncor, des trains chargés de pétrole brut de l'Ouest recommencent à circuler vers Sorel-Tracy. Par ailleurs, un grand pétrolier a de nouveau exporté du brut dans les derniers jours, en passant même par... Montréal.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Des citoyens de Longueuil, de Boucherville, de Varennes ou encore de Verchères ont eu la surprise de voir passer des trains chargés de pétrole encore plus longs que ceux de l'an dernier. « Je n'en ai jamais vu autant, il y en avait 100 [wagons]! On les a comptés », raconte Marie-André Forget, qui a constaté leur arrivée près de chez elle, à Sorel-Tracy, aux installations de stockage de la compagnie Kildair.

Les services de sécurité incendie des municipalités traversées par le chemin de fer du CN ont été avisés du passage de deux convois d'une centaine de wagons chacun, dans la nuit du 20 au 21 mars et celle du 28 au 29 mars. Chacun de ces wagons peut contenir environ 500 barils de brut.

Ces trains de pétrole des sables bitumineux avaient suscité l'inquiétude de citoyens et d'élus à l'été et l'automne dernier.

Pour consulter sur votre appareil mobile la carte du parcours des trains sur la Rive-Sud, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

On nous a confirmé que ce n'est pas l'activité qui reprend. On sait très bien que le prix du baril est quand même resté bas. Donc c'est tout simplement 4 x 100 wagons pour le moment. La moitié sont déjà arrivés

Une citation de :Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy

Retour d'un grand pétrolier de 44 mètres de large

Les trains ne sont pas les seuls à être de nouveau visibles. Le « Sparto », d'une dimension de 250 mètres de long par 44 mètres de large, a accosté à Sorel-Tracy dans la nuit du 9 au 10 mars. Il vient tout juste d'arriver à New York, le 31 mars, pour exporter le pétrole de l'Ouest canadien.

Tout ce qu'ils ont fait, c'est pour calmer l'opinion publique. Mais là, c'est reparti au maximum

Une citation de :Élias Harvey, résident de Sorel-Tracy et voisin du quai de Kildair
Le pétrolier SpartoAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo : E.C. Fredericia/MarineTraffic

La pétrolière Suncor confirme avoir « chargé un navire pour transporter une cargaison de pétrole brut à partir du terminal Kildair ». Le conseiller principal de Suncor Dean Dussault explique que l'accord avec la compagnie de stockage « reste en vigueur. Nous utilisons ce terminal pour expédier nos produits vers les marchés extérieurs ou directement à notre raffinerie de Montréal sur une base opportuniste, lorsque les conditions du marché sont favorables ».

Fait intéressant à noter, ce bateau a effectué une première livraison de pétrole de l'Ouest à la raffinerie de Montréal, le 12 mars. L'entreprise démontre ainsi qu'elle est prête à recevoir les approvisionnements que lui procurera l'inversion du pipeline d'Enbridge prévue pour le mois de juin.

Selon les registres maritimes, le pétrolier est retourné à Sorel-Tracy à la mi-mars pour charger de nouveau. Le navire a pris ensuite la route vers l'Est, avec un arrêt à Lévis le 23 mars pour compléter son chargement de pétrole brut. Avec environ 500 000 barils à bord, il a pris la route de New York où il est arrivé hier.

Deux autres navires, baptisés par certains « superpétroliers » avaient vogué dans le fleuve en 2014 pour exporter le pétrole des sables bitumineux.

Prix du baril au 31 mars : 

  • 56 $US pour le Brent de la mer du Nord
  • 34 $ US pour le WCS de l'Ouest canadien

Le professeur de finances à l'Université de Moncton Simon Jacques, spécialiste du négoce des matières premières, a une explication pour la reprise de ces activités de Suncor : « La reprise des approvisionnements par train et le retour des exportations via le Saint-Laurent coïncide avec les écarts de prix considérables entre le prix WCS et celui du Brent observés durant le mois de mars. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !