•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UQAM demande une injonction contre le blocage de ses locaux

Radio-Canada

La direction de l'UQAM est passée de la parole aux actes en déposant une demande d'injonction provisoire en Cour supérieure, afin de s'assurer que ses étudiants qui n'ont pas voté pour la grève pourront assister à leurs cours.

L'injonction vise à interdire aux manifestants de bloquer les accès au campus de l'UQAM. Des manifestants ont empêché quelque 14 000 étudiants de l'École des sciences de la gestion (ESG) d'assister à leurs cours, hier.

Le procureur de l'UQAM a déposé un affidavit comprenant des preuves documentaires et vidéo. L'UQAM plaide que le campus montréalais de l'établissement a été le théâtre de scènes de vandalisme, d'intimidation et de violence. La direction de l'UQAM précise que des manifestants ont cadenassé des portes de ses immeubles empêchant des étudiants d'entrer, mais en séquestrant d'autres à l'intérieur de l'immeuble.

L'UQAM plaide l'urgence d'agir dans le contexte actuel et demande à ce que tout militantisme soit interdit sur son site.

Le juge Robert Mongeon a pris l'affaire en délibéré. Il n'a pas dit à quel moment il rendrait sa décision.

Le ministre de l'Éducation François Blais soutient les autorités universitaires. « J'appuie les recteurs dans l'utilisation des moyens qui sont à leur disposition », a-t-il dit en point de presse mardi après-midi.

Le ministre est aussi d'avis que des étudiants n'ont pas le droit d'empêcher d'autres étudiants de se rendre à leur cours. « Les grands perdants des grèves étudiantes, c'est toujours les plus faibles, ceux qui ont le plus de difficultés, ceux qui ont besoin de toutes les ressources, ceux qui ont besoin de tous leurs cours. »

Escarmouches à l'ESG

La direction de l'UQAM avait durci le ton à la suite du blocage des accès à ses salles de classe. La direction de l'établissement avait mentionné qu'elle prendrait tous les moyens nécessaires pour permettre le libre accès aux classes.

Les étudiants de l'ESG ayant voté en majorité contre la grève, plusieurs d'entre eux ont été choqués de se voir incapables d'aller à leurs cours. Des altercations entre étudiants aux visées opposées ont été rapportées devant l'École des sciences de la gestion, par plusieurs médias.

Bien qu'opposée à la grève, l'Association des étudiants de l'ESG ne souhaite pas une judiciarisation du conflit et critique l'institution pour son inaction dans le dossier des compressions budgétaires imposées par le gouvernement libéral de Philippe Couillard. « Ce n'est pas normal que l'UQAM brille par son absence dans le débat sur les coupes à l'UQAM », soutient le porte-parole de l'association étudiante, Gabriel Boileau.

C'est 20,4 millions de dollars qui vont être coupés l'année prochaine à l'UQAM.

Gabriel Boileau

« C'est des classes avec plus d'étudiants, il va y avoir des fusions de direction de départements, poursuit M. Boileau. C'est moins de services aux étudiants. »

Grand Montréal

Société