•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Enquête sur la Faculté des arts de l'Université Laurentienne

Université Laurentienne du Grand Sudbury

Université Laurentienne de la Ville du Grand Sudbury

Photo : Yvon Thériault

Radio-Canada

L'Association canadienne des professeures et professeurs d'université (ACPPU) enquête sur la Faculté des arts de l'Université Laurentienne.

Un texte de Naël ShiabTwitterCourriel

Radio-Canada a appris que de présumées atteintes à la liberté académique ont été portées à l'attention de l'association nationale.

Au nombre des allégations qui font l'objet de l'enquête, il y a :

  • restriction à la liberté de l'enseignement,
  • irrégularités dans les procédures d'embauche,
  • atteinte à la vie privée
  • révision inadéquate des notes.

Nous avons obtenu la lettre qui a été envoyée à Dominic Giroux, le recteur de l'Université Laurentienne, où sont listées les différentes allégations.


Les enquêteurs de l'ACPPU, la professeure Sheila Embleton de York University et le professeur Eric Tucker de Cleveland State University, mènent des entrevues sur le campus de Sudbury pour vérifier la teneur de ces allégations.



Une enquête inutile selon l'Université

Pour le recteur de l'Université Laurentienne, Dominic Giroux, l'enquête de l'ACPPU n'a pas lieu d'être, puisque des processus internes existent déjà pour résoudre ce genre de problème.

L'Université ne reconnaît pas le processus qui a été initié par l'Association canadienne des professeurs d'université. L'Université a une convention collective avec son syndicat des professeurs. Si le syndicat estime que l'Université ne respecte pas la convention collective, il y a un processus de grief.

Dominic Giroux, recteur de l'Université Laurentienne

Le recteur de l'U. Laurentienne, Dominic Giroux

Robin Vose rétorque qu'avec ou sans la collaboration de l'Université, l'enquête suivra son cours.

Nous avons le droit de poser des questions et nous avons le droit de chercher des réponses.

Robin Vose, président de l'Association canadienne des professeurs d'université

Aucune des allégations n'a été prouvée.

L'Association des professeurs de l'Université Laurentienne n'a pas été en mesure de commenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Société