•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des intersections plus sûres réclamées dans Saint-Roch

Les piétons attendent souvent de longues minutes avant d'obtenir le feu piéton pour traverser, déplore une Coalition citoyenne.

Les piétons attendent souvent de longues minutes avant d'obtenir le feu piéton pour traverser, déplore une Coalition citoyenne.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des résidents du quartier Saint-Roch souhaitent l'intégration de feux piétons plus efficaces aux feux de circulation et l'ajout d'arrêts à certaines intersections afin d'assurer la protection des piétons qui circulent dans le quartier.

La Coalition formée de citoyens du secteur déposera dans les prochains jours ses propositions dans le cadre des consultations de la Ville de Québec pour son Programme particulier d'urbanisme (PPU) dans le quartier.

La Coalition citoyenne a élaboré un « Programme populaire d'urbanisme » axé sur les déplacements piétons et l'amélioration de l'accès pour les cyclistes.

David Gagnon, porte-parole de la Coalition citoyenne, estime que la pratique actuelle selon laquelle les feux piétons sont activés à la demande, en dehors des cycles des feux de circulation, est inefficace.

« Il y a deux feux piétonniers qui fonctionnent dans la Basse-Ville, tous les autres sont des feux de frustration, c'est-à-dire qu'on appuie sur un bouton et on attend un temps indéfini. Il peut y avoir deux cycles de feux de circulation qui passent avant que finalement on ait le droit pour traverser, alors ce qui se passe, c'est qu'on encourage la délinquance », dit-il.

Le porte-parole de la Coalition, David Gagnon, croit que le centre-ville devrait être axé sur le déplacement des piétons.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le porte-parole de la Coalition, David Gagnon, croit que le centre-ville devrait être axé sur le déplacement des piétons.

Selon lui, les piétons devraient obtenir le droit de traverser immédiatement après en avoir fait la demande en activant le bouton prévu à cet effet.

L'aménagement et la signalisation de plusieurs intersections sont problématiques, souligne M. Gagnon, notamment l'intersection de Saint-Joseph et Dorchester où les piétons doivent composer avec la perte d'un trottoir durant le chantier de la place Jacques-Cartier.

Les intersections les plus problématiques, selon la Coalition :

  • Langelier — Charest — Saint-Vallier;
  • De la Couronne — Côte d'Abraham;
  • De la Couronne — du Prince-Édouard;
  • Sainte-Anselme — Simon-Napoléon-Parent;
  • Le point de jonction entre Dorchester et l'autoroute Laurentienne;
  • Charest — Monseigneur-Gauvreau;
  • Les bretelles d'entrée et de sortie de l'autoroute 440.

Rues partagées

La sécurité des piétons, mais aussi la valorisation du vélo fait partie des priorités de la Coalition qui recommande également la mise en place de pistes cyclables sur le boulevard Charest, la côte d'Abraham et le boulevard Langelier, entre autres.

La Coalition propose également que toutes les rues secondaires du quartier soient transformées en rues partagées où les piétons, les automobiles et les cyclistes auraient l'habitude de la présence des autres utilisateurs.

« Le principe des rues partagées, c'est l'idée que tout le monde fait attention à tout le monde et est conscient de la présence de l'autre, ce qui élimine beaucoup de problèmes », souligne M. Gagnon.

La Ville de Québec a entrepris une consultation par Internet afin d'élaborer ses lignes directrices en matière d'urbanisme et de cibler les interventions prioritaires dans le secteur entre le boulevard Langelier et l'autoroute Dufferin-Morency.

Les citoyens ont jusqu'au 7 avril pour soumettre leurs propositions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !