•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La popularité des crédits d'impôt pour la rénovation

Rénovations

Rénovations

Photo : Istock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Québécois sont de plus en plus nombreux à rénover, selon une étude de Desjardins. En fait, depuis 2001, les montants alloués à la rénovation comme investissement dépassent de loin ceux destinés aux réparations. Une tendance qui ne semble pas sur le point de s'estomper, en partie grâce aux crédits d'impôt.

Un texte de Maxime BertrandTwitterCourriel

Le Salon de l'habitation de Montréal est en général annonciateur de l'arrivée prochaine de la saison des rénovations. Mais plusieurs visiteurs n'ont pas attendu pour se mettre au travail.

« J'ai fait changer toutes mes fenêtres en prévision de l'hiver et je me suis prévalu du programme ÉcoRénov, voilà! » nous a confié un propriétaire de maison.

Partout au Salon, on pouvait voir des affiches rappelant l'existence des programmes de crédit d'impôt.

L'année 2014 aura été bonne pour faire des travaux dans une résidence principale, grâce à l'introduction de deux crédits d'impôt : ÉcoRénov et LogiRénov, l'un instauré par l'ancien gouvernement péquiste, l'autre, par les libéraux.

« On pourrait dire que ça a été un incitatif de savoir que probablement il y aurait des choses qui auraient pu être déduites de nos impôts », soutient Mélissa Thibeault, propriétaire d'une résidence à Laval qui n'a pas hésité à rénover de fond en comble plusieurs pièces de sa maison.

Maintenant, en pleine saison des impôts, elle ressort ses factures afin de savoir ce qu'elle peut déduire.

Des crédits d'impôt remboursables

En fait, Mme Thibeault pourra bénéficier des deux programmes. Pour ses fenêtres et la porte-fenêtre qu'elle a fait installer dans sa cuisine, par exemple, elle se servira d'ÉcoRénov pour les rénovations à visée écologique. Pour le reste, soit les travaux d'ordre général, c'est LogiRénov qui prendra le relais.

Dans les deux cas, il s'agit d'un crédit d'impôt remboursable. « Donc, si votre personne dans le cas de figure n'a pas d'impôt à payer pour différentes raisons, soit des déductions qu'elle utilise, elle a quand même droit à ce crédit d'impôt », souligne le fiscaliste Jean-François Thuot. Mais des conditions s'appliquent.

ÉcoRénov et LogiRénov :

  • les deux programmes touchent les travaux écoresponsables, mais LogiRénov compte aussi les rénovations en général;
  • dans les deux cas, les travaux doivent être faits par un propriétaire-occupant;
  • il faut faire appel à un entrepreneur qualifié;
  • le taux du crédit d'impôt est de 20 %;
  • les dépenses doivent excéder 2500 $ pour ÉcoRénov, et 3000 $ pour LogiRénov;
  • l'aide fiscale maximale est de 10 000 $ pour ÉcoRénov, et de 2500 $ pour LogiRénov.

La période pour conclure les ententes avec l'entrepreneur :

  • après le 7 octobre 2013 et avant le 1er novembre 2014 pour ÉcoRénov;
  • après le 24 avril 2014 et avant le 1er juillet 2015 pour LogiRénov.

Le paiement :

  • le 30 avril 2015, au plus tard, pour l'un;
  • le 31 décembre 2015, au plus tard, pour l'autre.

L'engouement pour les programmes est tel que des propriétaires qui avaient songé à vendre leur demeure ont plutôt choisi de la rénover.

Tout compte fait, tout le monde peut y gagner : les propriétaires qui augmentent la valeur de leur maison, et le gouvernement qui perçoit les impôts, stimule l'économie et déjoue le travail au noir.

D'ailleurs, rappel important, les travaux doivent être effectués par des entrepreneurs qualifiés. Les bricoleurs du dimanche doivent s'abstenir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !