•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pharmaciens des établissements de santé entérinent leur nouveau contrat de travail

Des pharmaciens de l'APES réunis en assemblée

Des pharmaciens de l'APES réunis en assemblée

Photo : Kim Vermette, Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les membres de l'Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES) conserveront leurs acquis salariaux. C'est presque à l'unanimité qu'ils ont voté dimanche en faveur de l'entente de principe intervenue le 23 mars avec le gouvernement du Québec pour renouveler leur contrat de travail jusqu'en 2020. 

Réunis à Drummondville, les quelque 650 pharmaciens présents ont ratifié l'accord dans une proportion de 98,9 %. Cette entente prévoit la reconduction exacte des conditions de travail prévues dans leur contrat de travail précédent.

Les pharmaciens hospitaliers conserveront donc leurs primes salariales, dans lesquelles le gouvernement du Québec avait proposé de couper au début du mois de mars. Ces primes peuvent représenter jusqu'à 45 % du salaire des membres de l'APES.

L'assemblée générale de dimanche s'est tenue quelques semaines seulement après la proposition du gouvernement Couillard de réduire la rémunération des pharmaciens oeuvrant dans les établissements publics de santé du Québec.

Le résultat de la négociation montre clairement qu’une rémunération compétitive par rapport à celle des pharmaciens salariés du privé est indispensable à la reconstruction de la pharmacie hospitalière au Québec, minée par 15 ans de pénurie.

Une citation de :François Paradis, président de l'APES

Les propositions du gouvernement comprenaient notamment l'abolition des primes d'éloignement pour les pharmaciens travaillant en région. Les mesures proposées par Québec auraient pu se traduire par des pertes salariales de 15 à 45 % dans certains cas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !