•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rage au volant dans Portneuf : le suspect arrêté à Québec

Une voiture de la SQ

Une voiture de la SQ

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police de Québec a arrêté l'homme qui a menacé à l'arme à feu et blessé samedi soir un autre automobiliste dans une affaire de rage au volant dans Portneuf.

Le suspect, un militaire, a été intercepté dimanche après-midi sur le boulevard Chauveau, dans le secteur de Val-Bélair, après une cavale de plusieurs heures.

Le Service de police de la Ville de Québec a transféré le suspect à la Sûreté du Québec (SQ), qui recherchait l'homme depuis l'incident qui s'est produit sur l'autoroute 40, à la hauteur de Deschambault-Grondines. L'homme a été transporté dans un centre hospitalier. Il sera rencontré par les agents dès que son état de santé le permettra.

Ronald McInnis, porte-parole de la SQ, a fait savoir que des accusations seront vraisemblablement portées contre le suspect.

Rappel des faits

L'incident est survenu vers 21 h 30. Le suspect, qui circulait seul, de même que l'autre automobiliste, qui conduisait en présence de sa conjointe et de leurs trois enfants, ont immobilisé chacun leur véhicule sur la voie d'accotement pour s'invectiver.

Le suspect a alors pointé une arme à feu en direction de l'autre conducteur. Il est ensuite monté dans sa voiture pour foncer sur lui, le blessant à une jambe. Il a ensuite pris la fuite.

L'homme blessé a quant à lui été transporté dans un centre hospitalier pour choc nerveux.

« Il faut se calmer et ignorer l'autre », dit la SQ

Ronald McInnis tient à rappeler l'importance de garder son calme dans les cas de rage au volant. « Quand il commence à y avoir un cas de rage au volant, c'est de se calmer puis d'ignorer l'autre. On ne s'arrête jamais sur le bord de la route, d'autant plus quand tu as trois enfants », affirme-t-il.

« Il avait une arme à feu. Il aurait pu tirer un coup de feu, manquer son coup et atteindre un des enfants. On ne met pas en danger la vie de tout le monde inutilement », ajoute le porte-parole de la SQ.

Dans le cas de rage au volant, il est également important de noter la plaque d'immatriculation du véhicule pour aider les policiers, affirme Ronald McInnis.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.