•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre manifestation pour dénoncer le projet de loi C-51

Une autre manifestation avait lieu à Ottawa pour dénoncer le projet de loi C-51.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Des dissidents au projet de loi C-51 se sont encore réunis sur la colline du Parlement, samedi puisqu'ils sont convaincus que le projet n'a pas sa place au pays.

Les amendements qui seront proposés par le gouvernement conservateur n'avaient rien de bon pour calmer la centaine de personnes qui s'étaient donné rendez-vous.

Radio-Canada apprenait hier qu'avec ces amendements, le gouvernement assouplit sa position sur la participation à des manifestations.

Toutefois, ces corrections proposées ne rassuraient pas les manifestants, dont Pierre Soublière. « Les amendements, ça ne change absolument rien. [...] Ça ne change rien à l'essentiel du projet de loi », explique le protestataire.

Les opposants sur place assurent que le projet de loi est excessif. « Ce n'est pas que la loi me fait peur, mais c'est que c'est contre la dissidence et ça ne vise pas le terrorisme », explique M. Soublière.

La manifestante Mireille Mclaughlil arbore également dans le même sens, croyant que ce n'est pas les terroristes qui sont visés par le projet, mais bien tous les Canadiens, ce qui fait que la liberté civile est en jeu.

Ça donne le droit aux instances politiques et de surveillance de saisir toute l'information qui circule sur nous.

Mireille Mclaughlil, manifestante
Sophie Harkat tenait à prendre la parole lors de la manifestation.

Sophie Harkat tenait à prendre la parole lors de la manifestation.

Photo : ICI Radio-Canada

Sophie Harkat inquiète

Par ailleurs, la conjointe de l'homme d'Ottawa soupçonné d'être un collaborateur d'Al-Qaïda, Mohamed Harkat, Sophie Harkat, tenait à prendre la parole lors de l'événement.

Cette dernière dénonce également le projet de loi puisqu'il renforcera les certificats de sécurité. Mohamed Harkat est sous l'emprise d'un tel certificat. « On est tous surveillés et c'est une réalité que tous les Canadiens vont l'être », explique-t-elle.

Ce n'est pas le Canada que j'espère voir pour les prochaines générations. Je trouve que la loi n'a pas sa place dans une démocratie canadienne.

Sophie Harkat

Les protestataires ne lâcheront pas prise et envisagent de manifester jusqu'à ce que le projet de loi soit abandonné. 

D'après les informations de Claudine Richard.

Ottawa-Gatineau

Politique