•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Musique en continu : les maisons de disques québécoises à court de solutions

Lisa LeBlanc

Lisa LeBlanc

Photo : John Londono

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l'image de l'industrie musicale aux États-Unis, les maisons de disques québécoises sont mal préparées pour faire face à la montée fulgurante de la musique en continu.

Un texte de Ronald GeorgesTwitterCourriel

L'exemple américain est éloquent. En 2014, pendant que les revenus des ventes de disques en ligne, notamment sur iTunes, ont reculé, la diffusion de musique en continu a augmenté de 54 %. Cette transformation n'a toutefois eu aucun effet positif sur les revenus des artistes.

Au Québec, si Ariane Moffatt a refusé que son nouvel album 22 h 22 se trouve sur Spotify, le Facebook de la musique en continu, la grande majorité des artistes québécois rentre dans le rang, même si les redevances ne sont pas au rendez-vous.

« On aimerait mieux que les gens achètent l'album, mais ils ne le font plus », explique Jean-Christian Aubry, directeur du label et du marketing chez Bonsound (Lisa LeBlanc, Milk & Bone, Pierre Kwenders, Philippe B, Dead Obies).

« Je ne sais pas si j'ai reçu un chèque de Spotify. Si oui, c'est près de 4 $. »

— Une citation de  Jean-Christian Aubry, de Bonsound

Celui-ci confirme que « les revenus ne sont vraiment pas là pour l'instant. Il n'y a pas encore beaucoup de consommateurs payants au Québec. »

Les disques des artistes de Bonsound sont en écoute sur Bandcamp et sur YouTube. « Si on ne les met pas, les utilisateurs les mettront à notre place. Je préfère les mettre de manière officielle. L'achat est encouragé sur Bandcamp, pas sur Spotify. Les utilisateurs sont prêts à y aller », mentionne-t-il.

Mélomane, Jean-Christian Aubry aime Spotify et cette manière de consommer de la musique. Il est même abonné à Spotify.

La production de l'artiste doit demeurer accessible.

« Je veux que mes artistes soient là, sinon je perds des personnes. Ce n'est pas vrai que le spectacle compense les pertes de revenus des ventes de disques. Il ne faut pas se couper du public. »

— Une citation de  Jean-Christian Aubry

Même son de cloche chez Audiogram auprès d'Alixe Hennessey Dubuc, directrice marketing et promotion : « Spotify est une plateforme de promotion, de mise en valeur et de découverte. Ce n'est pas une source majeure de rémunération. On voit que les habitudes de consommation sont en train de changer. »

Aujourd'hui, le consommateur est habitué à écouter au moins une fois gratuitement un nouveau disque. D'où le fort intérêt chez Audiogram à offrir les nouveautés en écoute en primeur sur des sites comme Voir.ca et ICI Musique.ca.

Patricia nous présente le nouvel album d'Ariane Moffatt
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ariane Moffatt en tournée partout au Québec pour présenter son nouvel album, 22h22

Selon Line Grenier, professeure agrégée au Département de communication de l'Université de Montréal et spécialiste des industries et des politiques liées à la musique, il ne faut pas confondre accessibilité et gratuité. L'internaute qui accède à une œuvre musicale paie d'autres séries de frais. Il a besoin d'un accès Internet et peut même payer plus pour une bande passante élevée.

« Cette gratuité qu'on imagine, c'est une gratuité uniquement lorsqu'on la pense en regard des modes de circulation de la musique d'il n'y a pas si longtemps, là où justement l'essentiel résidait dans un album produit par un artiste qui allait être distribué et qu'on achetait soit directement ou indirectement par le web », explique-t-elle.

Une rémunération famélique

Le fonctionnement de Spotify se fonde sur l'écoute en ligne des utilisateurs et les abonnements. Spotify garde 30 % de revenus, le reste est reversé selon une formule compliquée suivant que l'abonnement est gratuit ou payant. Dans le monde, Spotify rejoint 60 millions d'utilisateurs, dont 15 millions sont des abonnés payants (10 $ par mois).

Alixe Hennessey Dubuc d'Audiogram rappelle que la formule mathématique des redevances aux artistes de Spotify est « compliquée » et qu'ils « étaient vagues au sujet des redevances. Nous sommes dans l'incertitude », évoque-t-elle en réitérant sa confiance envers la SOCAN et l'ADISQ qui essaient de faire avancer le dossier. Parce que les éditeurs musicaux doivent s'assurer de la bonne distribution des revenus.

Line Grenier estime que l'industrie musicale doit repenser son rôle et que cette redéfinition s'effectue avec de nouveaux acteurs qui contrôlent le jeu. Les maisons de disques doivent chercher les redevances à partir de la diffusion sur Internet.

« Cela les oblige à parler à Téléglobe Canada (BCE) et pas juste au ministère de la Culture. C'est une tout autre façon de penser, et la musique est en train de voir ses différentes formes de circulation changer. Elle ne circule plus uniquement sur le mode chanson/album et c'est ça qui les transforme. »

— Une citation de  Line Grenier

Les quotidiens The Swedish Wire et The Guardian ont confirmé que, discrètement, les multinationales de la musique ont acquis des parts de Spotify. Elles recevront donc des revenus de l'entreprise de musique en continu et ne seront pas obligées de verser des droits aux artistes puisque ce ne sont pas officiellement des redevances.

Même iTunes en souffre

Les ventes de musique du populaire service iTunes sont en baisse depuis deux ans, soit de 6 % en 2013 et de 13 % en 2014. De manière générale, les ventes d'albums sont en baisse de 15 % dans le monde. Le changement des habitudes de consommation inquiète. Pire encore : les gens s'attendent à de la musique gratuite. « Combien vaut l'art? La dématérialisation de la musique nous inquiète. Heureusement, on a un peu de revenus de ça, mais pas assez », affirme Alixe Hennessey Dubuc.

Pourtant, ces revenus sont là, mais la distribution pose problème. Pour la première fois, les revenus de la diffusion de musique en continu, notamment sur YouTube et Spotify, ont dépassé ceux du CD, atteignant 1,86 milliard de dollars. Ils représentent maintenant 27 % des revenus globaux de l'industrie de l'enregistrement aux États-Unis.

Les maisons de disques québécoises ne savent pas sur quel pied danser dans ce dossier et devant cette nouvelle donne complexe. Une maison de disques importante au Québec a même refusé de s'exprimer sur le sujet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !