•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Québec : l'étudiante blessée envisage une poursuite

Asma Nur a 19 ans. Elle est au secondaire et espère devenir infirmière. Elle fait du bénévolat auprès des enfants du Boys & Girls Club de McCauley, à Edmonton, afin d'acquérir des aptitudes professionnelles qui, elle l'espère, lui serviront dans sa future carrière.

Radio-Canada
Mis à jour le 

La mère de la jeune femme blessée lors de la manifestation de jeudi soir à Québec songe à poursuivre le policier ou la policière qui a tiré un projectile presque à bout portant sur sa fille.

Naomie Tremblay-Trudeau, 18 ans, a reçu un morceau de cartouche de gaz lacrymogène en plein visage lors de la manifestation, qui a tourné par moments à l'affrontement avec les forces de l'ordre. En entrevue à l'émission 24/60, l'étudiante dit qu'elle n'était pas armée et qu'elle n'a pas touché aux policiers.

Je n'engendrais pas de violence, eux en ont engendré.

Naomie Tremblay-Trudeau

L'étudiante, qui fréquente le Cégep Garneau, à Québec, a été blessée à la bouche. Elle s'en tire avec une ecchymose qui sera apparente pendant plusieurs semaines. Elle dit qu'elle connaissait les risques d'une manifestation, qu'elle « savait que les policiers auraient des matraques », mais qu'elle n'avait pas pensé que « ça allait jusqu'à viser le visage d'une personne pour lancer un projectile ».

La mère de Naomie Tremblay-Trudeau, Catherine Tremblay, dit qu'elle entend poursuivre la personne responsable de la blessure de sa fille. Mme Tremblay ne s'explique pas le geste du policier ou de la policière, ni la raison pour laquelle un projectile a été tiré d'aussi près.

Ça me bouleverse énormément de voir que c'est aussi près [...] Il n'y a même pas un mètre entre elle et le gun!

Catherine Tremblay, la mère de Naomie

« Je suis en colère, comme ma fille [...] J'ai vraiment l'impression que c'est une personne qui manquait de jugement », lance-t-elle à l'endroit du policier.

Naomie Tremblay-Trudeau et sa mère Catherine Tremblay regarde les images de l'événement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Naomie Trudeau-Tremblay et sa mère Catherine Tremblay regarde les images de l'événement.

Photo : ICI Radio-Canada

« On a son matricule »

Au lendemain de la manifestation, Naomie Tremblay-Trudeau paraît encore sous le choc. « J'ai beaucoup cherché mon air [...] J'ai perdu connaissance », raconte-t-elle.

La jeune étudiante déplore l'usage excessif de la force de la part des policiers. « Je suis en colère. Je suis triste [...] Je trouve ça plate qu'il y ait autant de brutalité policière dans les manifestations », dit-elle.

Naomie Tremblay-Trudeau dit être en mesure d'identifier le policier ou la policière qui a tiré le projectile. « On a son matricule », assure-t-elle.

Entre-temps, un citoyen a déposé une plainte en déontologie dans ce dossier.

L'étudiante avait également manifesté mardi à Québec. Elle fait partie des 274 personnes qui ont reçu un constat d'infraction pour manifestation illégale.

Naomie Tremblay-Trudeau a été blessée lors de l'intervention policière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La jeune femme blessée au visage aurait été atteinte par un projectile lors de cette intervention selon des témoins.

Photo : Romane Frachon

Lise Thériault « troublée »

La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a réagi vendredi matin à l'intervention policière de jeudi et aux images qui circulent depuis plusieurs heures sur les médias sociaux.

« J'avoue que je me sens très troublée par ces images-là. Il y a [...] matière à questionnement sur les interventions policières. Vous comprendrez que j'ai demandé un état de la situation », a-t-elle affirmé.

La police se défend

De son côté, le directeur des communications du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), François Moisan, assure que le protocole de contrôle de foule a été respecté lors de la manifestation de jeudi.

Il tient à préciser qu'une enquête est présentement en cours sur l'incident. « Il est un peu tôt pour commenter ce qui s'est passé hier. Par contre, je peux vous assurer que c'est certain qu'on va regarder ça », dit François Moisan.

« Avant d'aller plus à fond sur une analyse précise, il faut que ce soit fait par les gens qui sont des spécialistes là-dedans chez nous, puis c'est sûr que cette analyse-là est faite », ajoute-t-il. François Moisan refuse de préciser à quoi s'expose le policier ou la policière.

De son côté, l'analyste en Affaires policières Stéphane Berthomet s'étonne du comportement du policier qui a tiré. « Cet armement-là, il est utilisé pour disperser des gens qui sont agressifs, qui représentent un danger ». Or, Naomie n'était pas agressive et ne représentait pas de danger au moment où elle a été ciblée, analyse-t-il.

M. Berthomet évalue par ailleurs que d'autres manifestants cherchaient à faire dégénérer la situation. « Pour autant, ce qu'on demande aux policiers, même si c'est difficile, c'est de faire preuve de professionnalisme. »

Une enquête criminelle?

Alain Arsenault, l'avocat qui défend un étudiant ayant perdu l'usage d'un œil après avoir été atteint d'une grenade assourdissante en 2012 à Montréal lors d'une manifestation, émet de sérieux doutes quant à la possibilité que l'incident de Québec débouche sur une enquête criminelle.

« On n'a pas les moyens pour véritablement faire une enquête de nature criminelle contre des policiers pour avoir agi de la sorte », déplore-t-il.

S'il est déclaré fautif en vertu du Code de déontologie des policiers, l'agent ou l'agente qui a tiré hier soir s'expose à une suspension de quelques jours ou de quelques semaines, selon Alain Arsenault.

« Tout à fait scandaleux », dit l'ASSE

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) déplore la façon dont les choses ont tourné lors de la manifestation de jeudi contre l'austérité. « On a vu des démonstrations de forces policières vraiment abruptes », dénonce Camille Godbout, porte-parole de l'ASSE.

Les autorités doivent revoir la façon dont elles se comportent à l'égard des gens qui sortent dans les rues pour aller défendre leurs idéaux, ajoute-t-elle.

« On va continuer de dénoncer ces agissements-là. Pour nous, c'est tout à fait scandaleux que lorsque des gens se retrouvent dans la rue pour défendre leurs idées, on les attaque de la sorte », affirme Camille Godbout.

L'intervention policière en images (Huffington Post)

Le modèle québécois de contrôle de foule

L'intervention de jeudi s'est appuyée sur le Modèle québécois de l'intervention policière en contrôle de foule qui prévoit, selon les situations, des moyens graduels d'intervention. Dans l'ordre, il permet l'utilisation « passive » du bâton, puis l'utilisation des irritants chimiques, ensuite l'utilisation « active » du bâton, et finalement les armes intermédiaires d'impact à projectiles et les armes à feu.

Rendu public en mai 2014, le rapport Ménard rappelle aux policiers qu'ils doivent prévenir la foule avant l'utilisation de gaz lacrymogènes et lui donner suffisamment de temps pour se disperser. L'utilisation par les policiers d'irritants chimiques, affirment les commissaires, doit en outre « être judicieuse et rationnelle », conformément au Modèle québécois de contrôle de foule.

Analyse de l'intervention policière ayant causé des blessures à une manifestante

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice et faits divers