•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget de l’Alberta 2015 : un déficit de 5 milliards $, malgré de nouvelles taxes

Cinq milliards de déficit en Alberta

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de l'Alberta a présenté jeudi son budget 2015, qui prévoit un déficit de 5 milliards de dollars pour son exercice financier 2015-2016 et l'instauration de nouvelles mesures de taxation pour diversifier les sources de revenus.

Un texte de Geneviève NormandTwitterCourriel

Depuis juin 2014, les cours du pétrole ont chuté de plus de 50 % sur les marchés mondiaux, une dégringolade spectaculaire qui a causé un important manque à gagner dans les coffres du gouvernement provincial. Le ministre des Finances a dû concevoir un budget avec sept milliards de dollars de revenus en moins.

En 2014, l'Alberta tirait environ 20 % de ses revenus des redevances énergétiques. Pour l'exercice financier 2015-2016, cette proportion est presque trois fois moindre, soit environ 7 %.

Aujourd’hui, nous avons tout, sauf de la stabilité. 

Une citation de :Le ministre des Finances, Robin Campbell

Au cours des dernières semaines, le premier ministre Jim Prentice avait averti les Albertains que le budget allait comprendre des mesures difficiles. Chose dite, chose faite. Le gouvernement se serre la ceinture en essayant de réduire ses dépenses, notamment en santé. « Nous avons un rythme de vie et des dépenses que nous ne pouvons plus nous permettre », a affirmé le ministre des Finances, Robin Campbell, dans son discours de présentation du budget à l'Assemblée législative.

Pour diversifier ses revenus, le gouvernement instaure plusieurs mesures :

• Une taxe santé pour les revenus supérieurs à 50 000 $
• Une augmentation du taux d'imposition pour les revenus supérieurs à 100 000 $
• Une taxe temporaire de trois ans pour les revenus de plus de 250 000 $
• Une augmentation de la taxe sur les carburants
• Une augmentation de la taxe sur le tabac

Le gouvernement s'attend à ce que les nouvelles sources de revenus génèrent 1,5 milliard de dollars en nouveau revenu pour le budget 2015-2016, et 2,7 milliards en 2019-2020.

Retour de la taxe santé

Dans son budget 2015, le gouvernement annonce le retour de la taxe santé albertaine, cette cotisation au système de santé qui avait été abolie par le gouvernement d'Ed Stelmach en 2008. La taxe santé sera appliquée pour les Albertains qui ont un revenu annuel supérieur ou égal à 50 000 dollars. Ceux et celles qui gagnent moins que cette somme n'auront pas à la payer. Le montant de la cotisation sera proportionnel à la rémunération des particuliers, jusqu'à un maximum de 1000 $ par année pour ceux et celles ayant un revenu supérieur à 130 000 $.

Cette nouvelle mesure va toucher plus d'un million d'Albertains, ou encore 38 % des contribuables de la province. En réintroduisant cette taxe santé, le gouvernement espère empocher 396 millions de dollars en 2015-2016 et 530 millions de dollars l'année suivante. La taxe santé entrera en vigueur le 1er juillet 2015.

Fin du taux d'imposition unique pour tous les Albertains

En Alberta, jusqu'à aujourd'hui, le taux d'imposition était fixe à 10 %, peu importe le revenu annuel des contribuables. Le budget 2015 annonce la fin de cette ère d'imposition à taux unique pour les Albertains dont les revenus sont le plus élevés. En fait, la province instaure deux nouvelles fourchettes d'imposition.

D'une part, les contribuables dont le revenu est supérieur à 100 000 $ par année verront leur taux passer de 10 % à 10,5 % le 1er janvier 2016. Des hausses subséquentes de 0,5 % sont prévues en 2017 et en 2018. D'autre part, les Albertains dont le revenu annuel est supérieur à 250 000 $ devront, en plus d'assumer les hausses de 0,5 %, payer une taxe additionnelle temporaire de trois ans, elle aussi de 0,5 %.

Malgré ces nouvelles mesures, l'Alberta estime qu'elle va demeurer la province canadienne ayant le régime d'imposition le plus bas du Canada. L'Alberta demeurera une province sans taxe de vente. Le taux d'imposition des revenus des sociétés, de même que les redevances sur les produits pétroliers et gaziers, demeurent inchangés.

Augmentation de la taxe sur le carburant

L'essence va bientôt coûter plus cher aux consommateurs albertains. Dès minuit le 27 mars, la taxe sur le carburant, qui s'applique sur l'essence et le diesel, passera de 9 à 13 cents le litre. La taxe sur le propane, quant à elle, augmentera de près de 3 cents pour atteindre 9,4 cents le litre. Malgré cette hausse, l'Alberta dit rester la province où la taxe sur le carburant est la plus faible. Cette nouvelle source de revenus permettra au gouvernement de l'Alberta de générer 410 millions de dollars additionnels pour l'année fiscale 2015-2016.

Augmentation de la taxe sur le tabac

Dès minuit le 27mars, le prix des cigarettes sera également à la hausse. L'Alberta fait passer la taxe sur le tabac de 40 à 45$ la cartouche de 200cigarettes. Ce sera une façon pour la province de générer des revenus supplémentaires de 90millions de dollars par année. Des taxes similaires s'appliqueront à d'autres produits du tabac, comme les cigares.

Santé : faire autant avec moins de financement

Le secteur de la santé, qui reçoit la plus grande part du gâteau, va voir son budget réduit de 160 millions de dollars par rapport à l'exercice précédent. Pour l'exercice 2015-2016, l'enveloppe budgétaire est de 18,9 milliards de dollars.

La province, dont les dépenses en santé par personne se situent au-dessus de la moyenne nationale, souhaite ainsi s'en rapprocher tout en offrant les mêmes soins aux patients. L'agence provinciale Services de santé Alberta va recevoir la majorité du budget accordé à la santé, soit 13,4 milliards de dollars.

Éducation : plus d'argent, mais aussi plus d'élèves

En éducation, le budget augmentera de 145 millions de dollars par rapport à l'an dernier, pour atteindre 7,4 milliards de dollars. Le gouvernement estime que cette hausse lui permettra de respecter les ententes et les conventions collectives négociées avec les enseignants.

En 2015-2016, le gouvernement estime que 12 000 nouveaux élèves entreront dans le système d'éducation.

Éducation supérieure : les étudiants devront se serrer la ceinture

En Alberta, 58 % des revenus des universités proviennent du gouvernement provincial, comparativement à 42 % en Ontario. La province veut réduire cette proportion. Pour cela, elle réduit son budget en éducation postsecondaire de l'ordre de 1 %. En tout, 5,8 milliards de dollars seront consacrés au ministère de l'Innovation et de l'Éducation supérieure.

Dans les mois à venir, le gouvernement entend entreprendre une révision des droits de scolarité. Il cherche à diversifier ses sources de revenus, même à l'intérieur de ce ministère. L'aide financière aux étudiants sera augmentée de 14 millions de dollars pour totaliser 227 millions.

Services sociaux : plus d'argent, mais cette année seulement

Enfin, le secteur des services sociaux – dont le financement sert à aider les personnes handicapées, les enfants, les personnes sans abri, etc., – verra son budget augmenté de 72 millions de dollars, pour totaliser 4,2 milliards.

Le gouvernement prévoit d'effectuer des compressions dans ce secteur en 2016 et en 2017.

À quand le retour à l'équilibre budgétaire en Alberta?

Le gouvernement prévoit un déficit budgétaire pour les deux prochaines années, mais un retour à l'équilibre en 2017. Il a conçu le budget 2015 en se basant sur des revenus pétroliers variables. Concrètement, les projections contenues dans le budget sont basées sur un baril de pétrole brut nord-américain, le West Texas Intermediate (WTI), à 55 $US en 2015-2016, à 63 $US en 2016-2017 et à 84 $US en 2019-2020.

La province estime que les cours pétroliers entameront leur remontée vers la deuxième moitié de l'année 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !