•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stimuler l'économie, mais pas tout de suite

Des travailleurs de la construction à Montréal.

Des travailleurs de la construction à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Contribuables et entreprises verront leur fardeau fiscal réduit, a promis le ministre Carlos Leitao, mais ils devront patienter. La plupart des mesures de son Plan économique sont prévues pour les prochaines années.

Un texte d'Éric LaroucheTwitterCourriel

Trois principales mesures visent les particuliers. Objectif : réduire leur fardeau fiscal de 2 milliards d'ici cinq ans.

1. Le gouvernement libéral confirme son intention d'éliminer la taxe santé, un engagement électoral, mais graduellement à partir de l'an prochain. Elle sera complètement éliminée en 2019. En 2019-2020, c'est 744 millions de dollars que les Québécois paieront en moins.

2. Québec prévoit créer un bouclier fiscal, comme le recommandait le rapport Godbout sur la fiscalité. Essentiellement, la mesure vise à limiter la perte de certains transferts, comme le crédit d'impôt pour frais de garde d'enfants, pour un travailleur dont les revenus augmentent. Elle entrera en vigueur en 2016.

3. Pour inciter les aînés à rester sur le marché du travail ou à y retourner, le gouvernement bonifiera dès 2016 son crédit d'impôt aux travailleurs d'expérience. Environ 16 800 aînés de plus devraient en profiter. Par ailleurs, l'âge d'admissibilité à ce crédit d'impôt augmentera d'un an à partir de l'an prochain pour passer de 65 à 70 ans.

Budget Québec 2015

Moins d'impôts pour les entreprises

Le deuxième budget Leitao prévoit également une réduction du fardeau fiscal des entreprises, l'équivalent de 215 millions de dollars par an en 2019-2020.

Voilà qui dégagera une marge de manœuvre qui leur permettra d'investir dans leur développement et de créer des emplois dans toutes nos régions.

Le ministre des Finances, Carlos Leitao

Voici un aperçu de certaines de ces mesures, qui, sans surprise, plaisent au secteur privé.

Concrètement, le taux d'imposition des PME passera de 8 % à 4 % de 2016 à 2020. Les PME du secteur primaire profiteront aussi d'une diminution de leur taux de contribution au Fonds des services de santé, de 2,7 % à 2,25 %.

Dès 2017, le taux général d'imposition des entreprises sera revenu à la baisse. Présentement à 11,9 %, il passera à 11,8 % dans deux ans, puis diminuera de 0,1 point de pourcentage par année, à 11,5 % en 2020.

Par ailleurs, certains crédits d'impôt seront majorés, dont ceux pour la production de titres multimédias ou encore pour le développement des affaires électroniques. Le secteur culturel profitera aussi de crédits d'impôt bonifiés.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie