•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentes et appréhensions en Abitibi-Témiscamingue face au budget Leitao

Le ministre des Finances Carlos Leitao

Le ministre des Finances Carlos Leitao

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les appréhensions sont grandes dans la région à quelques heures du dépôt du budget Leitao. Le ministre des Finances devrait déposer son budget jeudi en fin d'après-midi. Le milieu de l'éducation, par exemple, craint de nouvelles coupes. Le monde municipal, pour sa part, rappelle au gouvernement les engagements qu'il a pris lors de la signature du pacte fiscal transitoire, c'est-à-dire de ne pas imposer de nouvelles compressions budgétaires.

Avec les informations de Sandra AtamanTwitterCourriel

« C'est plus des appréhensions qu'on a, à ce moment-ci », affirme Johanne Jean, rectrice de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), pour qui l'année 2014 a été difficile. L'UQAT a subi des compressions de 2,5 millions de dollars. « On essaie actuellement de boucler nos budgets avec des compressions importantes qui nous obligent vraiment à prendre des décisions pas faciles. S'il y a des compressions qui s'ajoutent, je vous le dis, je n'ai vraiment pas la recette. »

L'agent sociopolitique au Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue (REPAT), Danick Laporte, craint pour sa part une plus grande inégalité entre les classes sociales. « On craint vraiment que le gouvernement libéral de Philippe Couilard poursuive sa dérive idéologique vers un système fiscal qui mise davantage sur l'utilisateur payeur », dit-il.

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil, souhaite un financement suffisant du programme Accès-Logis. « On attend de réaliser des projets qui sont importants pour la communauté au niveau des logements sociaux », note-t-il.

Le maire Corbeil surveille aussi les engagements en lien avec la signature du pacte fiscal. Tout comme le préfet de la MRC de la Vallée-de-l'Or, Jean-Maurice Matte, qui se demande quelles sommes seront allouées aux MRC. « Que ce soit au niveau de la ruralité ou au niveau du développement économique, des fonds d'aide aux MRC, on espère que les sommes d'argent vont atterrir rapidement chez nous », souhaite-t-il.

Jean-Maurice Matte mentionne que le gouvernement doit aussi injecter des montants importants dans les infrastructures comme les aqueducs.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale