•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les directions d'écoles en colère contre l'intention de la CSDM de supprimer des adjoints

Commission scolaire de Montréal

Commission scolaire de Montréal

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

L'Association montréalaise des directions d'établissement scolaire (AMDES) rejette la proposition que lui a faite la Commission scolaire de Montréal (CSDM) pour éliminer une trentaine de postes de directeurs adjoints dans les écoles. L'association, qui est consultée sur de nouveaux critères pour fixer le seuil où une école a droit au soutien d'un directeur adjoint, dénonce le calcul de la CSDM.

Un texte de Anne-Louise DespatieTwitterCourriel

Selon la présidente de l'AMDES, Hélène Bourdages, la CSDM propose de faire passer à 500 le nombre d'élèves requis pour justifier la présence d'un adjoint dans une école primaire. Les écoles secondaires ne seraient pas épargnées non plus dans cette proposition de la CSDM. Le tout permettrait d'éliminer jusqu'à 40 directeurs adjoints sur 345 postes dans les directions d'école à la CSDM.

« Nous, les directrices et directrices adjointes, sommes aussi des services directs aux élèves et à leurs parents », s'indigne Mme Bourdages. « Surtout dans les écoles qui comptent plusieurs classes d'accueil, par exemple, ou encore dans les écoles secondaires », ajoute Hélène Bourdages, tout en soulignant que les ratios d'élèves sont déjà plus élevés à la CSDM que dans d'autres commissions scolaires.

Les 190 membres de l'AMDES réunis en assemblée générale ont voté à l'unanimité pour rejeter les nouveaux paramètres de la CSDM. Pour celle qui représente ces directions d'écoles, la CSDM doit remettre en question d'autres services et attendre les recommandations du vérificateur spécial nommé par le ministre Yves Bolduc à l'automne avant d'effectuer d'autres compressions dans les établissements.

LA CSDM a deux ans pour résorber son déficit selon son plan de redressement quinquennal. La présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, reconnaît que la pression est forte pour atteindre l'équilibre budgétaire, mais elle s'étonne que l'AMDES avance ces chiffres. « Nous sommes en consultation et nous attendons aussi ce que nous réserve le budget de demain », dit Mme Harel-Bourdon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société