•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Québec : la police défend son intervention 

274 manifestants ont été arrêtés mardi soir.

274 manifestants ont été arrêtés mardi soir.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police de Québec se défend d'avoir voulu passer un message aux étudiants, mardi soir, en procédant à 274 arrestations lors d'une manifestation devant l'Assemblée nationale. C'est davantage que lors des plus grosses manifestations du printemps 2012.

Des manifestants ont déploré des interventions musclées. Les policiers disent suivre les mêmes procédures lors de toutes les manifestations : ils exigent de connaître l'itinéraire du rassemblement, sans quoi la manifestation est déclarée illégale.

« Quand la manifestation a débuté, on n'avait toujours pas de collaboration de la part des responsables. On a donné plusieurs avis. Par la suite, il faut que les infractions commises cessent. Le moyen, c'est soit de collaborer, soit il y a des arrestations », explique Christine Lebrasseur, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

La police confirme qu'au moins une personne a été blessée. Elle a été mordue par un chien policier. L'animal aurait agir par « mesure de protection » lorsque la personne a tenté de « foncer » sur un policier, raconte Christine Lebrasseur.

Les ambulanciers affirment de leur côté avoir transporté deux blessés à l'hôpital. 

Une amende de 220$

La plupart des manifestants ont reçu une amende de 220 $ en vertu du règlement municipal qui interdit de participer à une manifestation illégale sur le domaine public.

La porte-parole de la police de Québec affirme que les personnes interpelées savaient à quoi s'attendre. « Lorsqu'on avise qu'il y aura des interventions policières, les gens ont le choix de rester ou de quitter. En 2012, on peut présumer que les gens décidaient de quitter », souligne Christine Lebrasseur.

Au printemps 2012, 571 constats d'infraction avaient été distribués au cours de 200 manifestations. Au plus fort du mouvement étudiant, 176 manifestants avaient été arrêtés en une seule soirée à Québec.

Dans la plupart des manifestations de 2012, la police avait choisi de remettre des constats de 494 $ pour avoir entravé la circulation en vertu du Code de la sécurité routière.

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) organise une autre manifestation en fin d'après-midi demain à Québec pour souligner le dépôt du budget provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...