•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les groupes américains Heinz et Kraft vont fusionner

Fusion entre Heinz et Kraft : reportage de Catherine Kovacs
Associated Press

Le groupe américain Kraft Foods et son compatriote H.J. Heinz, contrôlé par le brésilien 3G Capital et par Berkshire Hathaway, la société de portefeuille de l'investisseur Warren Buffett, ont annoncé mercredi leur fusion, qui créera le nouveau numéro cinq mondial de l'alimentation et des boissons.

L'action Kraft gagnait 34 %, à 82,50 $US, dans les transactions en avant-bourse après cette annonce. À la clôture mardi, le groupe affichait une capitalisation d'environ 36 milliards de dollars.

Connu entre autres pour ses sauces ou pour le fromage Philadelphia, Kraft passera de fait sous le contrôle des propriétaires actuels du géant du ketchup Heinz, puisque ceux-ci détiendront 51 % du nouvel ensemble, contre 49 % pour les actionnaires actuels de Kraft.

L'histoire de Kraft Foods tire certaines de ses origines au Canada, le fondateur, James L. Kraft, ayant vu le jour en Ontario avant de déménager aux États-Unis en 1903.

Le nouveau groupe, dénommé Kraft Heinz, affichera un chiffre d'affaires d'environ 28 milliards de dollars américains, un peu moins de la moitié de celui qu'a réalisé en 2014 le numéro un mondial du secteur, PepsiCo. Il sera dirigé par l'actuel directeur général de Heinz, Bernardo Hees.

Kraft Heinz regroupera entre autres huit marques réalisant plus d'un milliard de dollars de chiffre d'affaires annuel, et cinq marques dont les ventes se situent entre 500 millions et un milliard.

Kraft, qui avait scindé en 2012 une partie de ses activités en créant Mondelez International, souffre, comme plusieurs autres industriels de l'alimentation, de l'évolution des goûts des consommateurs, qui se détournent progressivement des produits industriels au profit d'une alimentation réputée plus saine. Confronté à une demande atone aux États-Unis, il a ainsi accusé une perte au quatrième trimestre.

Entrevue avec le professeur Jordan Lebel

Une nouvelle opération majeure pour le brésilien 3G

Le groupe a remanié son équipe de direction ces derniers mois et a annoncé son intention de développer de nouveaux produits pour s'adapter aux nouveaux modes de consommation.

Son projet de fusion avec Heinz ne devrait pas être contesté par les autorités de la concurrence, car les gammes de produits des deux groupes ne se chevauchent que marginalement.

Le nouveau groupe, qui sera coté, prévoit des économies annuelles d'environ 1,5 milliard de dollars d'ici fin 2017.

Les actionnaires de Kraft se verront proposer d'échanger leurs titres contre des actions du nouveau groupe et un dividende exceptionnel en numéraire de 16,50 $US par action, soit 10 milliards de dollars au total, financé par Berkshire Hathaway et 3G.

Le Wall Street Journal avait, le premier, fait état mardi de discussions entre Kraft et les actionnaires de Heinz.

Berkshire et 3G Capital avaient racheté Heinz pour 23,2 milliards de dollars il y a deux ans et l'avaient alors retiré de la Bourse. L'an dernier, Warren Buffett avait déclaré s'attendre à collaborer à nouveau avec 3G sur d'autres opérations.

Kraft est le cinquième investissement majeur de 3G Capital dans l'alimentation et les boissons depuis 2008, alors qu'il avait joué un rôle actif dans le rachat du brasseur américain Anheuser-Busch par le brésilien InBev.

3G contrôle aussi Restaurant Brands International, né l'an dernier du rachat par Burger King de la chaîne de cafés canadienne Tim Hortons.

Alex Behring, président de Heinz et associé de 3G Capital, présidera Kraft Heinz. L'actuel président de Kraft, John Cahill, en sera le vice-président.

La pause

Économie