•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chirurgie d'Angelina Jolie « courante » chez les patientes à risque

Radio-Canada

La nouvelle opération subie par l'actrice Angelina Jolie pour prévenir le cancer est une décision justifiée, selon un spécialiste. L'actrice américaine s'est fait enlever les ovaires et les trompes de Fallope deux ans après avoir subi une double mastectomie préventive.

Le Dr Jacques Simard, directeur adjoint au Centre de recherche du CHU de Québec, explique que les femmes porteuses du gène mutant BRCA1, comme Angelina Jolie, sont très exposées au cancer des ovaires ou du sein.

Le risque de développer le cancer de l'ovaire est très élevé. Presque 10 fois plus élevé que la population en général.

Dr Jacques Simard, directeur adjoint au Centre de recherche du CHU de Québec

Lorsqu'il fonctionne normalement, le gène BRCA1 assure l'intégrité de notre ADN. C'est lorsque le gène subit une mutation qu'il peut causer le cancer. L'équipe du Dr Simard étudie les gènes défectueux BRCA1, et son cousin le BRCA2, depuis plus de 20 ans.

Le spécialiste, qui est aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique, souligne que le cancer des ovaires est difficile à dépister. C'est pourquoi l'ablation du système reproducteur est parfois une décision qui s'impose.

« Avant que les symptômes du cancer de l'ovaire apparaissent de façon plus évidente, c'est beaucoup plus difficile. Contrairement au cancer du sein où on peut le dépister très tôt, pour le cancer de l'ovaire ce n'est pas le cas », explique le spécialiste.

Une opération recommandée

Les médecins recommandent l'ablation des ovaires dans les cas extrêmes depuis une dizaine d'années. Les femmes susceptibles de développer un cancer en raison de leur hérédité décident généralement de subir cette opération après avoir eu leurs enfants, dans la quarantaine. Ces femmes vont vivre une ménopause précoce.

Le Dr Jacques Simard est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétiq

Le Dr Jacques Simard est itulaire de la Chaire de recherche du Canada en oncogénétique.

« On dit qu'habituellement, ça peut réduire de plus de 90 % les risques de développer le cancer de l'ovaire et des trompes de Fallope. Ça a un impact majeur. » L'ablation des ovaires diminue aussi de moitié le risque d'un cancer du sein en raison de la diminution de la sécrétion d'oestrogène.

Au Québec, la grande majorité des porteuses des gènes mutants BRCA1 et BRCA2 subissent cette chirurgie.

Un effet d'entraînement

La décision d'Angelina Jolie de parler ouvertement de sa chirurgie a des incidences positives pour les patients, selon le Dr Simard. Les femmes consultent davantage et acceptent de subir un test de dépistage.

La mère de l'actrice américaine, Marcheline Bertrand, est morte en 2007 d'un cancer à l'âge de 56 ans. Sa tante et sa grand-mère sont aussi décédées de la maladie.

Les recherches se poursuivent aussi pour élucider la mutation des gènes BRCA1 et BRCA2 et son implication dans le développement du cancer. De nouveaux traitements testés actuellement sont prometteurs.

Un reportage de Nicole Germain

Québec

Santé