ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot pour aider Nadine à suivre ses cours

Radio-Canada

Une élève du secondaire en rémission d'un cancer peut suivre ses cours depuis sa chambre grâce à un robot téléguidé. Cette expérience est une première au Québec.

Un photoreportage d'Anne-Louise DespatieTwitterCourriel

Photo : Anne-Louise Despatie

Un nouvel élève suscite beaucoup de curiosité dans les couloirs de l'École secondaire Dorval-Jean XXIII depuis deux semaines. La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys fait l'essai d'un robot téléguidé qui assure une présence virtuelle en classe à une élève du secondaire.

Nadine Maltais peut ainsi étudier à plein temps et rattraper le retard accumulé à la suite d'une leucémie, et aussi récupérer d'un remplacement de hanche qu'elle vient de subir en février.


Photo : Anne-Louise Despatie

Des élèves ont mis le polo de l'école au robot qui permet à leur camarade de suivre ses cours à partir de sa chambre. Ils lui ont aussi donné un nom. La version virtuelle de Nadine est devenue « i-Dine ».


Photo : Anne-Louise Despatie

C'est l'élève qui télécommande les déplacements du robot à partir d'un ordinateur portable que la Commission scolaire lui a prêté. Ce projet pilote est une première au Québec.


Photo : Anne-Louise Despatie

Un surveillant déplace le robot entre chaque cours, parce qu'il est encore difficile pour Nadine d'orienter à distance la machine dans les couloirs bondés. Une marque au sol détermine la place du robot dans chaque salle, comme ici dans le cours d'histoire, Univers social.

La majorité de mes cours sont montés sur TBI, les tableaux interactifs, et c'est pour cela qu'on la met [« i-Dine »] à l'avant de la classe pour qu'elle puisse bien voir.

L'enseignant Claudio Cancino

Nadine estime qu'en plus de lui permettre de suivre ses cours, le robot lui donne l'occasion de voir ses amis et de briser un peu son isolement.


Photo : Anne-Louise Despatie

Nadine Maltais trouve qu'il est simple à utiliser. Pour attirer l'attention du prof, elle n'a qu'à faire clignoter les lumières. C'est comme si elle levait la main en classe.


Photo : Anne-Louise Despatie

La jeune fille de 17 ans, qui était une grande sportive avant sa leucémie, peut voir, entendre et interagir.

C'est l'avantage du robot; de me sentir intégrée et moins à part. J'ai manqué deux ans d'école en tout. Et maintenant, je peux même suivre mes cours de musique!

Nadine

Photo : Anne-Louise Despatie

Le robot permet même à Nadine de se déplacer et de participer aux travaux en équipe.


Photo : Anne-Louise Despatie

Après tout ce que j'ai vécu, c'est bien d'avoir une vie plus normale. Le robot me donne une certaine stabilité.

Nadine
Photo : Anne-Louise Despatie

Ce robot fabriqué par la compagnie américaine V-GO est à l'essai à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys. Il coûte 7000 $.

« La vidéoconférence existe depuis des années, mais on n'avait jamais eu de solution qui offre autant de flexibilité, de mobilité et qui soit si facile d'utilisation », explique Rémi Asselin, directeur des ressources informatiques.



Apprendre à l'aide d'un robot : reportage d'Anne-Louise Despatie

Société