•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse du taux de décrochage en Estrie et au Centre-du-Québec

La pratique sportive est une nouvelle méthode de réinsertion scolaire.

La pratique sportive est une nouvelle méthode de réinsertion scolaire.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les efforts pour contrer le décrochage scolaire portent fruit en Estrie et au Centre-du-Québec. C'est du moins ce que l'on constate à la lumière des plus récentes statistiques dévoilées par Québec. L'Estrie connaît depuis 10 ans son taux de décrochage annuel le plus bas avec un taux de 19 % en 2012-2013. Ce taux se situait à 30,2 % au début des travaux de la Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIÉ) et du Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (PRÉE).

Le taux de diplomation et de qualification des élèves de l'Estrie après sept ans continue d'augmenter. De 65,2 % qu'il était en 2005, ce taux est passé à 74,2 % en 2013. L'Estrie se situe même au-dessus de la moyenne provinciale du réseau public d'enseignement dont le taux est de 71,9 % en 2013. La TECIÉ s'est fixé comme cible d'atteindre un taux de diplomation et de qualification après sept ans de 77 % d'ici 2016.

Selon la TECIÉ, les nombreuses actions mises en place, tant dans les écoles et commissions scolaires, que par leurs partenaires contribuent à cette amélioration importante. Par exemple, les écoles secondaires ont mis sur pied des parcours d'études en concomitance dans lesquels l'élève peut suivre une formation générale en même temps qu'une formation professionnelle. Les différentes commissions scolaires de la région ont également consolidé leurs parcours de formation axés sur l'emploi. « Cette
amélioration notable de nos taux repose en fait sur la mobilisation de tous les acteurs concernés par la réussite de l'élève. Des élus municipaux aux personnels scolaires, en passant par les employeurs et les entreprises et organismes de services, tous nos partenaires ont posé des actions qui donnent des résultats », explique le directeur général de la Commission scolaire des Sommets, Christian Provencher.

Du côté du Centre-du-Québec, les statistiques sont sensiblement pareilles. Le taux de décrochage se situe au plus bas niveau depuis dix ans. En 2004-2005, le taux global de décrochage à la Commission scolaire Des Chênes se situait à 32,7 % alors qu'il est à 19,1 % aujourd'hui. 

Éducation

Justice et faits divers