•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse illégale d'orignaux : Conservation Manitoba à la poursuite des braconniers

Selon les lois de la province, aucun chasseur n'est autorisé à décharger une arme à feu ou un arc le long des autoroutes provinciales incluant la réserve routière.

Selon les lois de la province, aucun chasseur n'est autorisé à décharger une arme à feu ou un arc le long des autoroutes provinciales incluant la réserve routière.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les agents de Conservation Manitoba se tournent vers les médias sociaux et affichent de nouvelles photos d'orignaux chassés illégalement dans l'espoir d'obtenir des informations sur plusieurs cas de braconnage.

Les officiers ont publié des photos très explicites de restes d'orignaux trouvés dans des zones interdites à la chasse le long d'autoroutes dans le nord-ouest de la province, notamment une photo d'une femelle dépecée et de ses deux foetus.

« Nous avons comptabilisé plus de 15 animaux abattus illégalement en un hiver. Nous ne savons pas qui a fait cela », explique Jack Harrigan, gestionnaire de la conformité et des services au sein de Conservation Manitoba.

Selon les lois de la province, aucun chasseur n'est autorisé à décharger une arme à feu ou à tirer à l'arc le long des autoroutes provinciales incluant la réserve routière.
« Vous ne pouvez pas chasser depuis la route, c'est illégal », martèle Jack Harrigan.

Il note que deux poursuites cet hiver contre des contrevenants ont mené à des condamnations. Dans les deux cas, les chasseurs ont écopé d'une amende. Conservation Manitoba espère que la publication des photos sur Facebook les aidera dans leur enquête sur les autres cas de braconnage.

Crise des orignaux

La Manitoba Wildlife Federation rappelle que le braconnage des orignaux est un gros problème dans la province, principalement lorsqu'il vise les femelles qui portent des petits.

« Nous vivons une crise ici, au Manitoba, en ce qui concerne les orignaux. Ça me fend le coeur de voir des foetus au milieu des viscères abandonnés; ce sont des orignaux qui ont besoin de grandir », observe Rob Olson, le directeur de la fédération.

Une partie du problème, selon lui, est qu'il est difficile d'arrêter les braconniers, car ils opèrent souvent la nuit.

« Ces autoroutes sont désertes la nuit, souligne-t-il. Vous ne pouvez pas vider un orignal aussi rapidement. Comment faites-vous pour ne pas vous faire voir par un automobiliste avant qu'il ne vous dénonce? Vous le faites à deux heures du matin. »

Selon Rob Olson, la chasse illégale n'est pas le seul problème. Les droits de chasse non restreints des Premières Nations menacent également le nombre de bêtes.

Rob Olson souhaite que le gouvernement provincial travaille avec les Premières Nations qui disposent de droits spéciaux afin d'établir un plan pour mieux protéger la population d'orignaux.

« Nous devons sauver l'orignal avant tout, il doit être mis au centre de la discussion. Nous devons réaliser que c'est une ressource précieuse. »

Il indique qu'en Saskatchewan, les Premières Nations ont accepté la mise en place de règles afin de protéger la population d'orignaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !