•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La soie d'Amérique pour braver le grand froid

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un alpiniste, vêtu d'une combinaison rembourrée en asclépiade, a gravi le mont Lafayette pour tester les vertus isolantes de cette fibre naturelle du Québec. Devinez quoi? Il a eu trop chaud!

Il s'agit du premier vêtement d'escalade matelassé en asclépiade, aussi appelée soie d'Amérique. L'alpiniste amateur de haut niveau Jean-François Tardif l'a donc testé au début du mois sur les froides hauteurs du mont Lafayette, au New Hampshire. Il était accompagné de Marc Tremblay, PDG de Chlorophylle, la firme québécoise qui a dessiné le prototype.

L'alpiniste Jean-François Tardif et Marc Tremblay, de Clorophylle ont testé dans le grand froid les vertus isolantes de vêtements fabriqués avec de l'asclépiade.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'alpiniste Jean-François Tardif et Marc Tremblay, de Clorophylle ont testé dans le grand froid les vertus isolantes de vêtements fabriqués avec de l'asclépiade.

Photo : Radio-Canada

Un premier test concluant

Au sommet, à 1780 m d'altitude, il faisait -30 degrés Celsius, avec des vents de 25-30 km/h. Les sommets des montagnes Blanches, comme le mont Lafayette, ont la réputation d'avoir un des pires climats de la planète. Des vents changeants, glaciaux, au-dessus de la ligne des arbres.

Les deux randonneurs sont revenus six heures plus tard à la base. Ils ont trouvé les conditions météo très difficiles, avec beaucoup de neige.

« On est restés 20 minutes en haut. C'est trop chaud, c'est quasiment trop chaud! Le "suit" est trop épais. Trop de fibres, je pense. »

— Une citation de  Jean-François Tardif

Marc Tremblay, de Chlorophylle, est très satisfait de ce premier test : « La performance de l'isolant, c'est indiscutable, c'est chaud ».

« Il y avait deux choses à tester : la technicité du produit, comment ça bouge, comment ça travaille, et aussi la chaleur. La chaleur, je pense que c'est assez concluant », ajoute l'alpiniste Jean-François Tardif. Il souligne que le vêtement a été rembourré avec deux couches d'asclépiade, et il suggère de n'en mettre qu'une : « Ça va être compressible, plus léger! »

François Simard, PDG de Protect-Style, l'entreprise qui exploite l'asclépiade, constate qu'il y a des ajustements à faire, mais il est ravi des résultats. Il faudra doser l'épaisseur du rembourrage pour le prochain test : le sommet de l'Everest en mai 2016.

Cette machine fabrique le rembourrage de fibres d'asclépiade, utilisé pour isoler les vêtements.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette machine fabrique le rembourrage de fibres d'asclépiade, utilisé pour isoler les vêtements.

Photo : Radio-Canada

Mieux que le duvet?

Cette fibre naturelle cultivée au Québec est plus chaude que le duvet, tout en étant imperméable, selon François Simard, de l'entreprise Protect-Style, qui a testé les propriétés isolantes de la soie d'Amérique.

L'aventure de l'asclépiade continue. En préparation d'une ascension de l'Everest l'an prochain, le premier prototype de vêtements d'escalade rembourré en asclépiade, aussi appelé Soie d'Amérique, a été testé en haut du Mont Lafayette au New Hampshire. Cette fibre naturelle cultivée au Québec est censée être plus chaude que le duvet tout en étant imperméable. Un reportage de Jean-Michel Leprince et Francyne Doyon

D'après un reportage de Jean-Michel Leprince et Francyne Doyon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !