•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La violente histoire des coureurs des bois au Témiscamingue

Des documents découverts récemment par la BAnQ révèlent la dure réalité des coureurs des bois au Témiscamingue

Des documents découverts récemment par la BAnQ révèlent la dure réalité des coureurs des bois au Témiscamingue

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une récente découverte à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) permet de jeter une nouvelle lumière sur la dure réalité des coureurs des bois d'antan ainsi que d'en savoir un peu plus sur le lointain passé du Témiscamingue. Une lettre rédigée par un de ces courageux voyageurs nommé Joseph Godin, adressée à la Cour des plaidoyers communs de Montréal en 1788, fait état de gestes cruels à son égard de la part de marchands impliqués dans la traite de fourrure.

Un article de Félix B. DesfossésTwitterCourriel

Le fort Témiscamingue est bien connu en Abitibi-Témiscamingue. Il s'agit du symbole qui entretient la mémoire de l'époque de la traite des fourrures dans la région. Toutefois, plusieurs autres postes de traite ont été en fonction sur le territoire. C'est dans un de ces postes secondaires que se déroule l'histoire de Joseph Godin.

Photo du fort Témiscamingue en 1876, près de 100 ans après les aventures de Joseph GodinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo du Fort Témiscamingue en 1876 (près de 100 ans après les aventures de Joseph Godin)

Le spécialiste de l'histoire des coureurs des bois Guillaume Marcotte explique comment était organisé le système des postes de traite à cette époque.

Tensions et châtiments

À cette époque, de nombreuses tensions régnaient entre marchands et engagés, à commencer par celle liée à la dualité des cultures, qui existe encore aujourd'hui. Les marchands impliqués dans la traite de fourrure étaient généralement de riches bourgeois anglais, souvent d'origine écossaise. Les coureurs des bois, dits engagés, étaient la plupart du temps canadiens-français.

Les conditions de travail faisaient également éclater des conflits entre engagés et marchands. Dans le cas opposant l'engagé Jospeh Godin aux bourgeois Richard Dobie et James Grant, les marchands n'auraient pas fourni les vivres nécessaires à Godin et ses collègues pour survivre au poste de traite durant leur « hivernement ». Les engagés auraient donc tenté de voler des victuailles à leurs marchands. Pour les punir, Grant « les fit garrotter et attacher à une presse, la corde au col pendant l'espace d'une heure à la rigueur du froid », lit-on dans le témoignage de Godin.

À la suite de cet événement, pendant 20 jours, les engagés auraient été contraints « à ne manger que des feuillages et deux chiens qui étaient encore plus maigres que nous, quoique nous fussions comme des squelettes ».

Dans la lettre retrouvée par Denyse Beaugrand-Champagne, de BAnQ, on constate aussi que des tensions de nature culturelle étaient sous-jacentes au conflit. Mme Beaugrand-Champagne précise que « lorsqu'un autre commis se plaignit de la faim qui le tenaillait, Richard Dobie lui fit remarquer "que la mort d'un Canadien n'était pas grand-chose", et lorsqu'il voulut rentrer chez lui à cause des mauvais traitements, c'est Grant qui lui signifia "que s'il persistait dans sa résolution il lui ferait mettre les fers aux pieds et aux mains". »

Des engagés malveillants?

Selon Guillaume Marcotte, ce type de tension pouvait effectivement survenir entre marchands et engagés. Cependant, le témoignage de Godin doit être nuancé. L'engagé tentait peut-être d'établir un rapport de force avec son marchand...

Toujours selon M. Marcotte, certains coureurs des bois, engagés, commis et interprètes canadiens-français avaient plus d'un tour dans leur sac pour nuire à leurs marchands. Mais leur dur labeur, leur courage, leurs relations avec les Amérindiens et leur connaissance approfondie du territoire leur conféreraient une valeur qui pouvait pardonner bien des incartades. Il cite notamment l'histoire de l'interprète Louis Deserres, qui travaillait également sur le territoire qui allait devenir l'Abitibi-Témiscamingue.

Donc, le coureur des bois Joseph Godin a peut-être souffert de sévices imposés par ses marchands, mais peut-être a-t-il aussi commis certaines entourloupes avant d'être puni. Cette hypothèse pourrait être appuyée par les recherches et les trouvailles de Guillaume Marcotte à propos de Joseph Godin et sa réputation de fier-à-bras...

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !