•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers le contrôle de l'éclairage urbain

Un éclairage intelligent
Radio-Canada

À l'ère de la ville intelligente, les lampadaires pourraient devenir bien plus qu'une simple source d'éclairage. La nouvelle génération de lampadaires pourrait permettre aux villes d'économiser des millions de dollars en factures électricité et en coûts d'entretien.

Un texte de Vincent MaisonneuveTwitterCourriel

Un système d'éclairage intelligent pourrait même servir de guide aux services d'urgences. « Ce sont des scénarios qui sont tout à fait envisageables », lance Bernard Têtu, président de la société Dimonoff.

La PME de Québec a mis au point une technologie pour contrôler à distance l'éclairage urbain. « C'est un module complet de contrôle avec la couche de contrôle électrique et la couche de télécommunication. »

Le module de contrôle a la taille d'une boîte de conserve que l'on visse sur le luminaire pour le contrôler à distance. Les lampadaires de la ville sont ainsi transformés en réseau de télécommunication. « Les clients vont se connecter sur le serveur pour contrôler l'éclairage ou pour connaître l'état de santé de chacune des pièces d'équipement du système d'éclairage », ajoute M. Têtu.

Le contrôle à distance fonctionne uniquement sur des luminaires à DEL. À Montréal, cela voudrait dire changer environ 150 000 lampadaires. Il s'agirait d'un investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars. « La moyenne d'âge des infrastructures est d'environ 25 ans », plaide Bernard Têtu. « C'est plutôt vieillissant, donc le timing est parfait ».

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Un luminaire à DEL coûte en moyenne 265 $, soit plus de deux fois le prix d'un luminaire traditionnel. Mais l'éclairage à DEL a une durée de vie nettement plus longue. Les économies d'énergie sont également très importantes.

Simplement changer les luminaires peut engendrer des économies d'énergie de 50 %. Avec le contrôle à distance, on vient jouer sur le reste du 50 %.

Bernard Têtu, président de la société Dimonoff

Une Ville comme Montréal consacrera, en 2015, plus de 37 millions de dollars à son réseau d'éclairage. Bernard Têtu est convaincu qu'avec un réseau d'éclairage à DEL contrôlé à distance, la métropole peut réduire significativement cette facture.

En connaissant à distance l'état de santé du réseau, plus besoin de patrouiller dans la ville la nuit pour repérer les lampadaires défectueux.

Aujourd'hui, en 15 secondes, on sait instantanément si un luminaire a un problème et on en connaît la cause.

Bernard Têtu, président de la société Dimonoff

Le système de Dimonoff est déjà en place à l'aéroport de Québec. Mais le plus important déploiement est à Mississauga. La ville ontarienne compte aujourd'hui 50 000 lampadaires DEL reliés à un centre de contrôle. Un projet de plus 30 millions dollars. La Ville estime économiser 65 % de sa facture d'électricité, en plus de réduire les coûts liés à l'entretien. « On a fait le bilan. À Mississauga, il faut compter entre 2,2 et 2,4 ans pour obtenir un retour sur l'investissement », dit M. Têtu.

Pour voir le graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Montréal mène actuellement quelques projets pilotes, dont un au centre-ville. En janvier dernier, Harout Chitilian, responsable de la ville intelligente, n'écartait pas la possibilité d'un plus grand déploiement.

Présentement, si un lampadaire reste allumé ou ne fonctionne pas, il faut déplacer les équipes pour voir quel est le problème. Si on centralise cela, le contrôle sera moins ardu.

Harout Chitilian, responsable de la ville intelligente

Au-delà des économies potentielles, M. Têtu rappelle que l'éclairage contrôlé à distance transforme les lampadaires de la ville en un immense réseau de télécommunication. Selon lui, cela ouvre la porte à toute sorte de possibilités. L'éclairage pourrait entre autres servir de guide aux services d'urgences.

« Par exemple, l'éclairage va scintiller pour dire aux automobilistes de garder la gauche ou la droite, car l'ambulance s'en vient. C'est des choses qui sont parfaitement faisables maintenant. » On pourrait également faire clignoter le lampadaire situé devant l'adresse d'une personne en détresse qui a téléphoné au 911, question d'y guider plus rapidement l'ambulance.

L'innovation 100 % québécoise; Une série du Téléjournal Grand Montréal

Société