•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers dispersent une manifestation étudiante contre l'austérité

Manifestation étudiante à Montréal : reportage d'Olivier Bachand
Radio-Canada

Des étudiants contre l'austérité et des policiers se sont affrontés lundi midi au centre-ville de Montréal lors d'une manifestation déclarée illégale. Les policiers de l'escouade antiémeute ont dispersé les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes.

Un homme et une femme ont été arrêtés en vertu du Code criminel pour voies de fait sur deux policiers qui circulaient à vélo, et 24 autres manifestants ont reçu des constats d'infraction pour avoir refusé de quitter les lieux une fois l'ordre de dispersion donné par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

La manifestation, partie du square Phillips, avait rapidement été déclarée illégale par le SPVM, après le refus des manifestants de fournir leur itinéraire.

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) a dénoncé la « brutalité policière ».

« Nous, ce qu'on condamne, c'est le fait que la police a agi de façon très répressive, très rapidement dans la manifestation », s'est indignée la porte-parole de l'ASSE, Camille Godbout.

De son côté, le porte-parole du SPVM a souligné que, dès le début de la manifestation, la tension était palpable. « Dès le départ, les gens ont marché à contresens, s'en sont pris à nos policiers sur place. Au coin de René-Lévesque, il y a eu une entrée forcée dans l'édifice de SNC-Lavalin, et là [...] on a décidé que c'était assez », a expliqué Ian Lafrenière. « On avait aussi reçu de l'information que les gens s'attendaient à faire un coup d'éclat », a-t-il ajouté.

Devant les bureaux de la firme SNC-Lavalin, les policiers ont entamé des manoeuvres de dispersion en chargeant la foule pour libérer la rue et ont fait face à une certaine résistance. Une deuxième vague de policiers du groupe d'intervention du SPVM s'est alors déployée pour prêter main-forte à la première en frappant sur les boucliers, ce qui a provoqué la fuite des manifestants.

Pourchassés par les policiers, les manifestants se sont regroupés à nouveau. Certains d'entre eux ont déclenché une pièce pyrotechnique, ce qui a ajouté à la confusion.

Policiers et manifestants ont échangé coups de matraque et coups de pied. L'affrontement a toutefois été de courte durée et les manifestants se sont dispersés en plusieurs groupes dans les rues avoisinantes.

Début des grèves étudiantes

Cette manifestation donne le coup d'envoi à deux semaines de protestations. Quelque 62 000 étudiants étaient en grève lundi, et 40 000 le demeureront pour une période de deux semaines. Contrairement aux manifestations de 2012 qui portaient sur la hausse des droits de scolarité, les étudiants dénoncent cette année les mesures d'austérité du gouvernement de Philippe Couillard et l'exploitation des hydrocarbures.

L'ASSE espère entraîner une partie de la population dans son sillage pour dénoncer les mesures d'austérité. « Nous, on a l'espoir que dans les prochaines semaines il va y avoir plusieurs personnes qui vont se joindre au mouvement, que ce ne sera pas seulement une question étudiante, mais bien un mouvement social qui va s'enclencher », a déclaré la porte-parole Camille Godbout, en entrevue à Radio-Canada.

Mme Godbout souligne que plusieurs acteurs des milieux communautaires et syndicaux ont tenu des manifestations contre l'austérité. L'ASSE appelle également les autres associations étudiantes nationales, comme la Fédération des étudiants universitaires du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), à se joindre au mouvement.

« On ressent déjà les effets des compressions budgétaires dans nos universités, dans nos cégeps, un peu partout dans la province. Ça se traduit par des réductions de centaines de charges de cours, que ce soit à l'Université de Montréal ou à l'Université du Québec à Montréal, soutient Camille Gadbout. « Par des réductions de programmes aussi : certains ont été supprimés par les administrations en raison des compressions. Et il y a des réductions dans l'offre de services à la population étudiante : psychologues, infirmières. Les heures d'ouverture des bibliothèques ont été réduites de moitié », ajoute-t-elle.

De leur côté, les centrales syndicales, très actives en 2012, ont décidé de prendre leurs distances par rapport à la présente grève étudiante.

Des étudiants revendiquent leur droit d'assister à leurs cours

Le mouvement de grève se heurte toutefois à l'opposition des anciens « carrés verts », maintenant regroupés au sein de la Fondation 1625. Ils offrent des trousses aux étudiants qui souhaitent réclamer des injonctions pour conserver leur droit d'assister à leurs cours. Ils veulent éviter que le scénario de 2012 se répète.

« Comme l'ont démontré plus de 50 jugements depuis 2012, les étudiants ne bénéficient pas du droit de grève. Donc de bloquer des cours, ce sont des actes illégaux », a soutenu Miguaël Bergeron, directeur des affaires juridiques à la Fondation 1625, en entrevue à 24|60, sur les ondes d'ICI RDI.

On considère qu'il est inacceptable que des étudiants qui veulent étudier doivent en appeler aux services de sécurité, aux services de police, aux tribunaux, alors que le ministre [de l'Éducation] et le gouvernement actuel ne font rien et abandonnent encore les étudiants, comme en 2012.

Miguaël Bergeron, directeur des affaires juridiques à la Fondation 1625

« Selon nous, il n'y a aucune possibilité de grève dans le milieu étudiant. Au Canada, le droit de grève, c'est quelque chose qui est accordé aux employés qui veulent négocier des conditions de travail. Je suis étudiant moi-même, on travaille très fort, mais on n'est pas des employés », a ajouté M. Bergeron.

À l'Université Laval, quelques échauffourées verbales se sont d'ailleurs produites entre des étudiants en grève et un autre groupe qui tentait de pénétrer dans une salle de classe.

Appel à manifester le 26 mars

Les étudiants tiendront une grande manifestation le 26 mars, devant l'Assemblée nationale du Québec, à l'occasion du dépôt du budget. Une autre grande manifestation est prévue le 2 avril.

Des votes de reconduction de grève se tiendront le 7 avril.

Société