•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « shatter », une nouvelle drogue inquiétante qui arrive à Ottawa

Le reportage de la journaliste Pascale-Marie Dufour

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Certains peuvent croire qu'il s'agit de sucreries comme du caramel, mais c'est plutôt une drogue puissante. Un nouveau stupéfiant sur le marché inquiète les autorités de la région, le « shatter ». 

Cette substance est une drogue obtenue par l'extraction du THC, l'ingrédient chimique actif du cannabis.

La concentration en THC de cette drogue peut aller jusqu'à 90 %, alors que la marijuana traditionnelle en contient de 5 % à 20 %. Le « shatter » procure donc un effet beaucoup plus puissant que la marijuana.

Le Service de police d'Ottawa (SPO) en a saisi de petites quantités au cours des derniers mois, ce qui les alarme, selon le porte-parole Marc Soucy. « On s'inquiète toujours quand quelque chose de nouveau arrive alors on s'inquiète », raconte le porte-parole.

Risques  de psychose

Afin de consommer le « shatter », l'usager en brûle un morceau et inhale la fumée. Par contre, ses effets sont si puissants que sa dépendance peut être rapide et très forte. 

Selon un psychiatre et chercheur à l'Université d'Ottawa, Richard Bergeron, son utilisation peut être extrêmement risquée.

Le THC peut induire de la psychose. [...] C'est sans doute une drogue qui va être extrêmement populaire sur le marché noir, mais les conséquences sont absolument terribles pour les gens qui vont en abuser.

Une citation de :Richard Bergeron, psychiatre et chercheur à l'Université d'Ottawa

De plus, il n'y a pas que la consommation du produit qui peut être dangereux. Puisque des produits chimiques sont utilisés pour la fabrication, il y a aussi des risques d'explosion.

Les risques de déflagration sont réels alors qu'un laboratoire de fabrication de « shatter » a d'ailleurs explosé récemment dans la région de Toronto. Onze personnes ont été blessées.

Facile à dissimuler

Selon le porte-parole du SPO, un des problèmes qui pourrait survenir avec cette drogue est qu'il est facile de berner les gens grâce à son apparence de friandises.

Si ça vient dans une école et qu'un directeur n'est pas au courant du phénomène, ça ne serait pas difficile de lui expliquer que c'est juste un bonbon

Une citation de :Marc Soucy, porte-parole du Service de police d'Ottawa 

Ainsi, si les gens ne sont pas sensibilisés à cette substance, son trafic pourrait se faire facilement.

Toutefois, pour le moment, seule une enquête impliquant le « shatter » a mené à des accusations dans la capitale nationale. Deux saisies dans la rue ont également été effectuées par des agents, mais les personnes interceptées ne détenaient que des petites quantités.

D'après le reportage de Pascale-Marie Dufour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !