•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nomination partisane et conflit d'intérêts à Boucherville ?

Les élus municipaux de Boucherville
Photo: Ville de Boucherverville

Le nouveau directeur général de Boucherville n'est autre que l'ancien agent officiel des campagnes électorales du maire et de ses conseillers. Il a été choisi sans affichage de poste ni concours par des élus qui ont tous travaillé avec lui.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

« Que venons-nous de faire à la démocratie? » s'interroge Francine Crevier-Bélair, ancienne candidate à la mairie de Boucherville. « Le DG de la ville ne sera pas du tout apolitique. C'est le maire qui va tout diriger », relève-t-elle.

Roger Maisonneuve était l'agent officiel du maire et de chacun des membres de l'actuel conseil municipal lors de la dernière campagne. C'est lui qui était responsable des dépenses électorales de tous les candidats de son parti.

« C'est une erreur de jugement », estime la directrice du Centre d'études en gouvernance de l'Université d'Ottawa, Caroline Andrew, même si elle précise que ce n'est pas illégal.

Même si le directeur général doit suivre les grandes orientations du conseil municipal, il doit y avoir une séparation entre le pouvoir politique et le pouvoir administratif.

Caroline Andrew, directrice du Centre d'études en gouvernance de l'Université d'Ottawa
Roger Maisonneuve, le nouveau DG de BouchervilleRoger Maisonneuve, le nouveau DG de Boucherville

Roger Maisonneuve ne voit « pas de contradiction » entre son ancienne et sa nouvelle fonction. « Le directeur général n'est pas en opposition avec les élus, au contraire », explique-t-il.

Pour sa part, le maire Jean Martel estime important que « la personne à la tête de la Ville comprenne bien [sa vision] ». « Si la fonction publique fait tout et n'est pas redevable à la population, on parle d'une technocratie », ajoute-t-il.

Nous avons contacté deux spécialistes de l'administration municipale, ainsi qu'un maire de la Rive-Sud, qui a préféré garder l'anonymat, de même qu'un ancien directeur général d'une ville voisine. Tous ont sourcillé quand nous leur avons appris la nouvelle et tous font la même analyse de la nécessaire « étanchéité » entre les deux pouvoirs.

La professeure de l'UQAM, spécialisée en gestion municipale, Danielle Pilette ajoute qu'elle n'est pas contre le fait qu'un agent officiel devienne DG, mais elle émet plusieurs conditions :

  1. Les élus qui ont collaboré avec l'agent officiel devraient s'abstenir de participer au vote de désignation;
  2. Il doit passer par un processus de sélection en bonne et due forme avec des critères préétablis auxquels sont soumis tous les candidats;
  3. La personne doit avoir les compétences pour le poste.

Conflit d'intérêts lors du vote?

En théorie, un élu doit déclarer tout conflit d'intérêts et s'abstenir de voter le cas échéant. Était-ce le cas lors de la séance du conseil municipal du 17 mars au cours de laquelle le nouveau DG a été nommé à l'unanimité? La professeure Pilette croit qu'il aurait été préférable que les élus dont Roger Maisonneuve a été l'agent officiel s'abstiennent.

Or, tous les conseillers municipaux de Boucherville appartiennent au parti du maire Jean Martel et chacun d'entre eux avait le nouveau directeur général comme agent officiel lors de la dernière élection. Il est possible de le vérifier dans un document (Nouvelle fenêtre) public signé de la main du trésorier de la municipalité.

Le maire de Boucherville, Jean MartelLe maire de Boucherville, Jean Martel Photo : Ville de Boucherville

Pas d'affichage de poste ni de concours

J'ai été « approché », reconnaît Roger Maisonneuve. « On en discute depuis un certain temps, moi et les membres du conseil municipal », explique-t-il, ajoutant qu'il n'y a pas eu d'entrevue et pas d'autre candidat évalué.

Le maire Jean Martel assume : « Oui, c'est de la politique ». Il dit avoir cherché quelqu'un qui partage les valeurs de développement durable et de participation citoyenne de son équipe.

On savait que des gens nous feraient des critiques, et on s'est dit que dans la balance, ça valait quand même la peine de le prendre.

Jean Martel, maire de Boucherville

Pourquoi ne pas avoir suivi de processus de sélection? Le maire répond qu'il avait déjà fait plusieurs années auparavant, avec l'emploi d'une firme spécialisée et le passage d'entrevues, mais qu'il avait trouvé ça « laborieux » et « coûteux », sans fournir de résultat satisfaisant.

Roger Maisonneuve aura la responsabilité de 300 employés municipaux et un budget de 108 millions de dollars. Boucherville compte 40 000 habitants.

Les compétences

Le nouveau directeur général se dit convaincu que sa nomination n'a rien à voir avec son engagement politique aux côtés du maire. « Je suis convaincu que ma nomination n'est pas reliée à mon passé d'agent officiel, mais à mon CV des 30 dernières années », affirme-t-il.

Roger Maisonneuve a 63 ans. Il est avocat depuis 40 ans en plus de s'être beaucoup impliqué dans le domaine communautaire et politique à Boucherville. Il est président fondateur d'une maison de répit pour les familles de jeunes handicapés.

La professeure Danielle Pilette se demande si son expérience sera suffisante pour gérer des infrastructures, les rapports avec les firmes d'ingénieurs et les fournisseurs spécialisés. 

Le nouveau directeur général gagnera 187 000 $, soit moins que ce qu'il gagnait comme avocat.

Quel est le rôle d'un directeur général?

Fonctionnaire principal, il assure le lien entre les décisions politiques du conseil municipal et leur réalisation concrète à travers l'appareil administratif de la municipalité. Il assume les plus hautes responsabilités quant aux services offerts aux citoyens, au respect des lois et règlements régissant la municipalité et à l'éthique entourant leur application. Il doit examiner les plaintes et réclamations contre la municipalité et soumettre [aux élus] ses observations et ses recommandations. (Sources : Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire et Ville de Rouyn-Noranda.)

Politique