•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PKP présente ses excuses

Péladeau, l'immigration et des excuses : reportage de Martine Biron
Radio-Canada

Pierre Karl Péladeau a présenté ses excuses pour ses propos sur l'impact électoral de la démographie et de l'immigration et l'urgence de réaliser le projet souverainiste, qu'il a tenus lors d'un débat organisé par le Comité national des jeunes du Parti québécois, à l'Université Laval, mercredi soir, dans le cadre de la course à la direction du PQ.

Dans un message publié sur sa page Facebook, M. Péladeau affirme que « cette phrase était inappropriée et ne reflète pas [sa] pensée ».

« Le succès de notre projet collectif dépend de notre capacité de rassembler l'ensemble des Québécois de toutes origines. J'entends faire preuve de leadership sur cette question, poser des gestes concrets pour maintenir le dialogue avec les communautés et travailler fort pour mieux expliquer le projet et les bénéfices de l'indépendance du Québec », ajoute-t-il.

La phrase :

« On n'aura pas 25 ans devant nous pour le réaliser. Avec la démographie, avec l'immigration, c'est certain qu'on perd un comté chaque année. On souhaiterait pouvoir mieux les contrôler, mais ne nous faisons pas d'illusion. [...] Qui prend en charge les immigrés qui viennent s'installer ici au Québec? C'est le gouvernement fédéral. Certes, nous avons une compétence partagée, mais on prête serment à la reine. Alors, on n'a pas 25 ans devant nous, c'est maintenant que nous devons travailler. »

Pierre Karl Péladeau conclut son message en disant qu'il travaille avec le député de Bourget, Maka Kotto, Québécois d'origine camerounaise, « pour que nous engagions un dialogue constant, riche et convergent de nos expériences respectives ».

Puis, en marge d'un événement à Drummondville jeudi soir auquel participaient les candidats à la direction du PQ, Pierre Karl Péladeau a réitéré de vive voix ses excuses.

« Ça m'apparaît important de réitérer que ceux et celles qui ont décidé de venir s'installer ici, c'est une richesse pour le Québec. Surtout et avant tout, ça nous permet de jouir d'une grande diversité. Alors je me suis dit la meilleure façon de faire, c'est de le préciser », a-t-il affirmé aux journalistes.

Je me suis excusé, j'ai clarifié ma position [...] Il y avait une ambiguïté et cette ambiguïté a disparu.

Pierre Karl Péladeau
Le premier ministre Couillard à la période des questions à l'Assemblée nationaleLe premier ministre Couillard à la période des questions à l'Assemblée nationale Photo : PC / Jacques Boissinot

Couillard parle d'une dérive « ethnique » au PQ

Le premier ministre du Québec avait estimé plus tôt que les propos de M. Péladeau constituaient un symptôme d'une « dérive vers le nationalisme ethnique » qui s'est emparée de tout le PQ.

Interrogé au sujet des propos controversés du favori dans la course à la direction de la formation souverainiste, à son arrivée au caucus du Parti libéral, jeudi matin, Philippe Couillard a déclaré qu'il ne voulait pas les commenter « spécifiquement », mais « plutôt parler du Parti québécois, parce que c'est lui qui est en cause ici ».

« Depuis la charte, il y a une dérive très malheureuse. Il n'y a plus d'arguments financiers, il n'y a plus d'arguments économiques pour la séparation du Québec. Ce qui fait qu'on essaie de s'accrocher à n'importe quoi, a-t-il fait valoir. Alors, ce qu'on a actuellement, c'est une déviation claire vers le nationalisme ethnique, depuis l'époque de la charte, qui d'après moi doit faire frémir ceux qui ont fondé ce parti-là. »

Selon le premier ministre, la direction du parti et son chef intérimaire, Stéphane Bédard, auraient dû condamner immédiatement ces propos. Les réactions des autres aspirants chefs, qui se sont dissociés de ces paroles, ne suffisent pas, dit-il. « Ça devrait aller plus loin que ça », croit-il.

Rien de raciste ni de xénophobe, dit Maka Kotto

Pour le député péquiste Maka Kotto, membre de l'équipe de campagne de M. Péladeau et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'immigration, le candidat n'a fait preuve « d'aucune espèce de tendance raciste ou xénophobe ».

Il estime que sur le fond, l'enjeu du contrôle de la politique d'immigration au Québec est fondamental pour la pérennité du fait français et pour le projet indépendantiste. Il déplore par ailleurs que le Québec n'ait presque aucun contrôle sur sa politique d'immigration.

Évoquant sa propre expérience d'immigration, il y a une vingtaine d'années, M. Kotto raconte que bien que le Québec l'ait sélectionné, le Canada est celui qui lui a attribué un visa, un statut de résident permanent et le titre de citoyen. Il se souvient également avoir dû faire un serment d'allégeance devant le portrait de la reine.

Ce sont des symboles; c'est un parcours qui conditionne quelque part, et qui construit le sentiment d'appartenance au Canada, et pas au Québec.

Maka Kotto
Entrevue avec Maka Kotto

Barrette évoque le Front national

« C'est extraordinairement inquiétant. Le PQ est en train de montrer son vrai visage. C'est un parti sectaire », a pour sa part lancé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, plus tôt en journée. Selon lui, le PQ est en train d'importer au Québec des idées du Front national, le parti français d'extrême droite dirigé par Marine Le Pen.

De Drummondville, M. Péladeau, sans demander pour autant des excuses, a rappelé en soirée au ministre Barrette que le Front national est un parti d'extrême droite, un parallèle qu'il trouve « odieux, d'une certaine façon ».

Le leader parlementaire du PLQ, Jean-Marc Fournier, a pour sa part vu dans les propos de mercredi soir de M. Péladeau la preuve que le PQ n'aspire plus à représenter tous les Québécois, mais seulement certains d'entre eux. Pour ce parti, « tous les autres sont une menace », a-t-il dit.

« Cet irrespect de ceux qui ne partagent pas leur point de vue me semble une atteinte à la démocratie et même une atteinte à l'idée initiale du Parti québécois. Je ne pense pas que René Lévesque et Gérald Godin seraient très heureux de voir ce qu'il est advenu de ce parti », a-t-il laissé tomber.

« Quelle semaine désolante pour les personnes courageuses qui choisissent le Québec, qui veulent contribuer au développement du Québec », a commenté enfin la ministre de l'Immigration Kathleen Weil, rappelant du même coup les propositions de la CAQ en matière d'immigration.

« J'entends beaucoup de désarroi actuellement. Il faut changer de ton. C'est très néfaste », a dit Mme Weil, pour qui les propos de M. Péladeau sont « choquants ».

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a pour sa part dénoncé des « propos malhabiles ». Selon lui, cela « vient confirmer que le projet de souveraineté s'en va nulle part » et que le Parti québécois « se cherche des boucs émissaires ».

« Il ne comprend rien à l'immigration. Il faut qu'il fasse ses classes », a déclaré la porte-parlementaire de Québec solidaire, Françoise David.

Une « erreur d'ordre politique », dit Gilles Duceppe

L'ex-chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, soutient que Pierre Karl Péladeau a commis une erreur d'ordre politique en faisant cette déclaration, comme l'avait fait l'ex-chef péquiste Jacques Parizeau dans sa déclaration sur « l'argent et le vote ethnique » après la défaite référendaire de 1995.

En entrevue à Radio-Canada, il a toutefois estimé qu'il importait de faire la distinction entre les observations, les analyses, l'attribution de la responsabilité et les solutions proposées.

« En termes d'analyses, ce que M. Parizeau a dit, et ce que M. Péladeau dit, c'est que les allophones appuient plutôt les partis fédéralistes. Or, toutes les maisons de sondage font cette distinction », a-t-il déclaré, en précisant que les deux hommes ne pouvaient être qualifiés de xénophobes ou de racistes. 

Pour M. Duceppe, le Québec se doit en effet de bouger « dans les prochaines décennies », au risque de connaître le même sort que les francophones hors Québec et les Acadiens. « Il ne faut pas se leurrer, ils subissent, malgré tous leurs louables et courageux efforts, une assimilation fulgurante, c'est ça, la réalité », croit-il.

« Maintenant, attribuer la responsabilité d'une victoire ou d'une défaite à un groupe particulier, là, je ne suis pas d'accord, c'est une erreur », précise M. Duceppe. Pour lui, l'erreur est en fait de partir d'une analyse et d'en faire porter la responsabilité à une partie de la population,« alors que le vote est un acte individuel ».

Gilles Duceppe juge néanmoins que les choses doivent être relativisées. « Ne tombons pas dans l'enflure verbale comme M. Couillard, qui parle d'un nationalisme ethnique », déclare l'ex-chef bloquiste.

Politique