•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Trop tôt pour la formule électrique », dit le patron de la F1 à Montréal

Le patron du Grand Prix du Canada, François Dumontier

Le patron du Grand Prix du Canada, François Dumontier

Radio-Canada

Le patron du Grand Prix du Canada, François Dumontier, estime qu'il est trop tôt pour une épreuve de formule E (électrique) à Montréal. Il a fait cette déclaration alors que le maire Denis Coderre était justement à Miami cette fin de semaine pour tenter d'obtenir la présentation d'une telle compétition dans sa ville.

Un texte de François CormierTwitterCourriel

Le maire de Montréal souhaite que la formule E soit présentée dans la métropole dès septembre 2016, mais François Dumontier pense qu'il faut plutôt attendre à 2017.

Personnellement, je pense qu'il est un peu tôt pour s'emballer pour la formule E. C'est une nouvelle série. Je pense qu'il faut lui laisser le temps de se développer.

Le patron du Grand Prix du Canada, François Dumontier

François Dumontier va même jusqu'à exprimer des doutes sur le modèle d'affaires de la formule E. « On a regardé et on a analysé. Pour l'instant, c'est un modèle économique qui n'est pas à point », soutient-il.

« Ça ne tenait pas la route. Les montants exigés étaient trop élevés », poursuit-il.

Selon lui, des fonds publics seront nécessaires. Et il rappelle que l'épreuve de Miami a obtenu peu de commanditaires.

La formule E nuirait-elle à la formule 1?

Questionné à savoir s'il craint que cette nouvelle course automobile nuise au Grand Prix du Canada, François Dumontier répond : « Il faut faire attention. Il faudrait le travailler en complémentarité ».

L'an dernier, les gouvernements du Québec, du Canada, Montréal et Tourisme Montréal ont offert 187 millions de dollars pour le Grand Prix du Canada.

« Il faudrait également voir à quel moment l'épreuve aurait lieu par rapport à la F1 », dit-il.

Sports