•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Trois-Rivières veut chasser plus de moustiques

Le moustique peut transmettre le virus du Nil à l'être humain.

Le moustique peut transmettre le virus du Nil à l'être humain.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Trois-Rivières étend son programme de contrôle biologique des insectes piqueurs aux districts de Pointe-du-Lac et des Vieilles Forges.

Jusqu'à présent, l'épandage des insecticides biologiques étaient effectués uniquement dans les secteurs de Trois-Rivières Ouest, Saint-Louis-de-France et Sainte-Marthe-du-Cap.

La Ville de Trois-Rivières a octroyé à GDG Environnement le contrat d'épandage, d'une valeur d'environ 3,3 millions de dollars. 

Chaque foyer des secteurs concernés devra payer une taxe spéciale de 35 $.

Avant qu'on instaure ça, on a vérifié avec des municipalités [...] qui l'ont mis, puis, décision politique et budgétaire, l'ont enlevé. Ça a été un tollé incroyable quand ils l'ont enlevé. Ils l'ont remis l'année d'après.

Une citation de :Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières

La Ville de Shawinigan a annoncé en décembre la suspension de son programme de lutte contre les insectes piqueurs lors de l'adoption de son budget 2015. Le maire Michel Angers a dit l'avoir fait à contrecoeur afin d'économiser 837 000 $. Il n'exclut pas un retour du programme en 2016, si le contexte budgétaire est plus favorable.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !