•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Homme laissé pour mort dans le métro : le coroner modifie son rapport

L'homme était dans un état critique lorsqu'il a été transporté à l'hôpital.

L'homme était dans un état critique lorsqu'il a été transporté à l'hôpital.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Contrairement à ce qu’il disait dans son précédent rapport sur la mort de Radil Hebrich, abandonné à son sort dans la station de métro de Langelier, le coroner Jacques Ramsay conclut que le délai de réponse avait été adéquat.

La première version du rapport indiquait que l'homme de 59 ans est resté sans assistance pendant plus de 15 minutes avant qu'une personne ne tente un premier contact avec lui.

Qu’est-ce qui a fait changer d’avis au coroner? M. Ramsay, dans la version amendée, dit s’appuyer sur les images des caméras de surveillance fournies par la STM, laissant entendre qu’il n’avait pas pris en compte ces images dans son premier rapport.

Si le rapport du 5 décembre donnait à entendre que le temps de réponse de la STM avait pu être lent, la preuve divulguée par la STM infirme maintenant cette hypothèse

Extrait du rapport du coroner Jacques Ramsay

La société de Transport de Montréal, qui a publié le rapport du coroner sur son site, explique que des rapports d’enquête interne démontrent que :

  • trois clients ont contacté le Centre de contrôle du métro (CCM) à l’aide du téléphone d’assistance sur le quai, dont deux à peine 30 secondes après l’incident;
  • à la demande du CCM, un changeur était présent sur le quai approximativement trois minutes après l’incident et y est demeuré jusqu’à l’arrivée des premiers répondants;
  • les opérateurs de train, qui circulaient dans les deux directions, ont constaté la présence d’une personne blessée sur le quai et ont tous contacté le CCM;
  • un changeur à la station Radisson a également contacté le CCM après qu’un client lui ait rapporté l’incident.

Sur son site, la Société de transport de Montréal affirme avoir appris l’ouverture d’une enquête par le coroner sur cet incident « au moment de la publication du rapport ».

La STM semble même faire la leçon au coroner, demandant que la société soit « automatiquement avisé par le bureau du coroner en chef de toute enquête qui a lieu après des événements qui se sont déroulés dans ses réseaux ».

Société