•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résolu sommée de cesser immédiatement ses activités discriminatoires

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le PDG de Produits forestiers Résolu Richard Garneau

Le PDG de Produits forestiers Résolu Richard Garneau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur général du Forest Stewardship Council (FSC), Kim Carstensen, a adressé une lettre au président de Produits forestiers Résolu (PFR), Richard Garneau, pour lui demander de cesser immédiatement ses activités discriminatoires contre l'organisme.

Le FSC demande aussi à Résolu de prendre les mesures correctives et préventives appropriées pour se conformer aux politiques de la norme environnementale.

On était rendus à un point où il fallait poser la question. Est-ce que vous êtes toujours sincères ou pas?

François Dufresne, président, FSC Canada

La lettre survient après plusieurs mois d'attaques publiques de la part de Résolu envers la gestion et les politiques du Forest Stewardship Council, depuis la suspension des certificats FSC de l'entreprise au nord du Lac-Saint-Jean.

Le FSC cite un communiqué de presse dans lequel PFR s'attaquait directement à la crédibilité du processus d'audit du FSC, le 2 janvier 2015.

Kim Carstensen mentionne aussi une entrevue accordée par Richard Garneau à l'émission RDI Économie, le 11 mars dernier, pendant laquelle M. Garneau affirmait que la suspension des certificats FSC de Résolu s'expliquait par la pression indue exercée par Greenpeace.

Le président-directeur général de Résolu, Richard Garneau, y accusait entre autres la société Rainforest Alliance, vérificatrice des certifications FSC, de se plier trop facilement aux demandes de Greenpeace.

« De multiples plaintes ont été faites par Greenpeace auprès du vérificateur. Et on sait que, lorsqu'il y a des vérifications, si vous avez des plaintes, vous avez tendance à interpréter les règles d'une façon très stricte pour ne pas avoir de problèmes, a-t-il déploré. Les pressions de Greenpeace sont le résultat de ce qui se passe au Lac-Saint-Jean. »

Richard Garneau réagissait alors à une vidéo diffusée par le maire de Saguenay, Jean Tremblay, qui invitait les travailleurs et les syndicats à se mobiliser « contre Greenpeace et les intellectuels ».

Qu'est-ce que la norme FSC?

Le Forest Stewardship Council est un système international de certification et d'étiquetage dédié à la promotion de l'aménagement responsable des forêts. Quelque 800 membres font partie de cette organisation créée par des forestières, des syndicats, des gouvernements et des écologistes. L'entité a établi des principes et des critères pour toute l'industrie; des normes qui sont suivies partout dans le monde. Ses certifications, qui ne sont pas les seules existantes, sont reconnues comme étant très crédibles au Canada. Résolu a d'ailleurs été un contributeur important de FSC Canada au fil des années.

Les principes et critères du Forest Stewardship Council sont les suivants :

  • respecter toutes les lois et tous les traités internationaux;
  • maintenir ou améliorer les conditions des travailleurs et des communautés locales;
  • assurer la viabilité économique à long terme de la forêt;
  • reconnaître et respecter les droits autochtones;
  • maintenir la diversité biologique de la forêt.

Selon le FSC, comme détenteur de certificats et membre du Forest Stewardship Council, PFR accepte de se conformer à sa politique d'association des organisations au FSC et aux critères d'adhésion du FSC, dont l'un des plus importants consiste à agir de bonne foi, de façon à protéger la crédibilité de l'organisme et à soutenir véritablement ses objectifs, ses activités et sa réputation.

Le directeur général du FSC rappelle à Richard Garneau que la certification de son organisation est « une mesure volontaire à la disposition des sociétés forestières qui veulent démontrer leur engagement à l'égard d'une gestion responsable des forêts, en faisant évaluer par une tierce partie indépendante la conformité de leur planification, leurs pratiques et leurs produits aux normes du FSC ».

Il souligne également que la portée et la crédibilité de la certification FSC dépendent autant de l'intégrité des sociétés qui demandent la certification que des organismes qui accordent cette certification.

Plus de 30 000 certificats ont été accordés par le FSC en vertu de ses programmes d'aménagement forestier et de chaîne de traçabilité.

Produits forestiers Résolu réagit

Produits forestiers Résolu accuse réception de la mise en demeure de FSC Canada. Le porte-parole de l'entreprise, Karl Blackburn, mentionne que PFR souhaite une rencontre avec le président de FSC Canada, François Dufresne, afin de rétablir le dialogue et de trouver des solutions à la perte de sa certification.

« Nous souhaitons que cette rencontre se fasse le plus rapidement possible pour qu'on puisse tirer la lumière sur tout ce qui se passe, tout ce qui se dit, et faire la part des choses », ajoute M. Blackburn.

Réunis sur le plateau de l'émission 24|60, lundi soir à ICI RDI, MM. Blackburn et Dufresne n'ont pas vu leurs points de vue se rapprocher.

Rappelant que les certificats FSC de Résolu ont été récemment renouvelés en Abitibi, en Mauricie et sur la Côte-Nord, M. Blackburn a soutenu que la situation est plus complexe dans le cas du Lac-Saint-Jean, en raison d'un conflit entre les Innus, les Cris et le gouvernement du Québec, de même que du plan de rétablissement de l'habitat du caribou forestier, jugé insuffisant par FSC Canada.

« D'autres compagnies sont certifiées avec nous dans la même région [...] et ces compagnies-là ont trouvé le moyen d'avoir le consentement des Premières Nations et d'établir de façon volontaire un plan de rétablissement de caribous, qui n'est pas nécessairement celui du gouvernement, mais à la satisfaction du certificateur », a rétorqué M. Dufresne.

« Dans ce cas-ci, ça n'a pas été fait. Alors de dire que c'est toujours au gouvernement d'avoir l'odieux de faire ce travail-là, ce n'est pas le cas parce que c'est une certification volontaire où Résolu a accepté les règles du jeu. C'est à eux de retrouver leur certification. Ce n'est pas au gouvernement de régler tous les problèmes », a-t-il ajouté.

Regardez leur échange ci-dessous.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Face-à-face avec François Dufresne de FSC et Karl Blackburn de Résolu

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !