•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monument aux victimes du communisme : la controverse persiste

Vue aérienne du futur Monument aux victimes du communisme.
Vue aérienne du futur Monument aux victimes du communisme. Photo: Tribute to liberty
Radio-Canada

Le mécontentement persiste au sujet du projet de construction du monument dédié aux victimes du communisme qui doit être érigé dans la capitale fédérale. Les opposants dénoncent particulièrement le choix du site.

Un texte de Marc GodboutTwitterCourriel

Plus les semaines passent, plus la controverse s'intensifie. Le projet de 5,5 millions de dollars, dont plus de la moitié est financée par le gouvernement conservateur, prévoit une structure imposante, à deux pas de la Cour suprême.

Ce monument national « sensibilisera le public aux crimes du communisme et rendra hommage aux plus de 100 millions de personnes dans le monde qui ont péri ou souffert sous la tyrannie communiste », selon le ministère du Patrimoine canadien.

Mais depuis cent ans, architectes, urbanistes et paysagistes s'entendent : cet espace situé à un jet de pierre de la Cour suprême doit servir pour loger la Cour fédérale et compléter un triangle d'édifices judiciaires.

C'est un terrain neutre qui appartient à tous les Canadiens et pour ça, c'est un terrain qui a été désigné comme partie de l'espace judiciaire depuis 1915. Il y a un danger, parce que ça crée un précédent.

Ian Chodikoff, Institut royal d'architecture du Canada

L'Institut royal d'architecture du Canada, qui représente près de 5000 architectes, n'est qu'une des voix dans le concert des critiques.

Aux partis d'opposition s'ajoute le maire d'Ottawa, Jim Watson, qui a même qualifié le projet de « gâchis ». La juge en chef de la Cour suprême a aussi fait part de ses préoccupations.

Le gouvernement s'est assuré que le monument soit érigé sur ce terrain hautement symbolique faisant même fi des recommandations de la Commission de la capitale nationale.

Son comité consultatif de l'urbanisme proposait un autre site situé à 300 mètres du lieu choisi par le gouvernement, le Jardin des provinces et des territoires.

Face à l'opposition de plus en plus évidente à ce projet, au lieu de prendre le temps d'écouter et de voir les choses, ils vont vouloir accélérer à tout prix.

Stéphane Dion, député du PLC

Quand histoire et politique s'entremêlent

Le professeur Martin Laberge de l'Université du Québec en OutaouaisLe professeur Martin Laberge de l'Université du Québec en Outaouais. Photo : R-C

Le groupe privé qui pilote le projet, Tribute to Liberty, cherche à amasser 2,5 millions de dollars auprès du public; le reste des coûts étant financé par le gouvernement.

Les dirigeants de Tribute to Liberty sont issus de communautés ethnoculturelles qui ont été victimes de régimes communistes, une clientèle particulièrement ciblée par le Parti conservateur.

Mais pour plusieurs historiens, il n'y a pas que l'emplacement du monument qui pose problème.

Lorsqu'on regarde le processus de définition du monument, les gens qui siègent au conseil d'administration qui sont porteurs du projet, il y a un élément très marquant : il n'y a pas d'historien, donc on ne sait pas trop où ils ont puisé leurs références historiques.

Martin Laberge, professeur d'histoire des relations internationales, Université du Québec en Outaouais

Pour Martin Laberge, professeur d'histoire des relations internationales à l'Université du Québec en Outaouais, le projet de monument accorde une importance disproportionnée au rôle qu'a joué le Canada dans la lutte contre le communisme. Entre régime totalitaire et communiste, le risque est de tout mélanger.

« On baigne dans un flou complet. À quel événement est-ce qu'on fait référence? En jouant sur certains stéréotypes, ça permet de présenter une certaine vision de l'histoire canadienne. »

Le gouvernement qui n'avait pas hésité à être bien visible à chacune des étapes clés du projet se montre aujourd'hui bien discret. Tour à tour, les ministres responsables du dossier ont décliné nos demandes d'entrevue.

Considérations politiques ou non, l'objectif est d'entamer la construction l'automne prochain, en pleine saison électorale.

Financement du Monument aux victimes du communisme :

  • Tribute to Liberty : 2,5 millions de dollars
  • Gouvernement fédéral : 3 millions de dollars

Ottawa-Gatineau

Politique