•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du hockey pour les enfants autistes

Les Lynx de Saint-Jean-sur-Richelieu comptent 12 joueurs de 6 à 14 ans. Ils ont tous en commun de souffrir d'autisme, sans déficience intellectuelle, à différents degrés.
Les Lynx de Saint-Jean-sur-Richelieu comptent 12 joueurs de 6 à 14 ans. Ils ont tous en commun de souffrir d'autisme, sans déficience intellectuelle, à différents degrés.

À l'aréna municipal de Saint-Jean-sur-Richelieu, sur la Rive-Sud, une équipe hors du commun pratique chaque samedi matin depuis l'automne dernier. Les Lynx comptent 12 joueurs de 6 à 14 ans, qui ont tous en commun d'être atteints d'autisme, sans déficience intellectuelle, à différents degrés. Il s'agit d'un projet unique en son genre dans la région, et peut-être même dans tout le Québec.

Un reportage de Marie-France BélangerTwitterCourriel à Désautels le dimanche

Karel Brossard et Vélika Fecteau ont eu l'idée de créer cette équipe pour répondre aux besoins spécifiques de leur fils Nathan. « Les enfants autistes n'ont pas le même niveau de compréhension que les enfants qui ne sont pas autistes. Il faut donc répéter les consignes et les gestes, utiliser des dessins et aller à leur rythme », précise Vélika Fecteau. Dans un tel contexte, l'intégration d'enfants autistes dans des équipes dites régulières, sans être impossible, peut s'avérer difficile.

Sur la glace et dans le vestiaire, c'est le bonheur à l'état pur. Karel Brossard, qui est l'entraîneur de l'équipe, n'en revient tout simplement pas de l'intérêt et de la détermination de ses petits Lynx. « J'arrive une heure d'avance, le samedi matin, pour préparer la pratique. Et déjà, des enfants sont là, à l'aréna. Ils ont tous hâte. Je n'ai jamais vu ça. C'est magique. »

Pour consulter ce diaporama sonore sur votre appareil mobile, cliquez ici

Ce reportage de Marie-France Bélanger a obtenu le premier prix du journalisme en loisir, catégorie radio, attribué par le Conseil québécois du loisir, en novembre 2015. Vous pouvez l'écouter en cliquant ici.

Pour bien des enfants, c'est un rêve qui se réalise enfin. Caroline Deschênes, la maman de Nathan Beauregard, membre de l'équipe, parle du projet avec beaucoup d'émotion dans la voix. Son fils, qui se passionne pour le hockey depuis qu'il a un an, n'aurait pas pu suivre la cadence dans une équipe de hockey dite régulière. « Quand j'ai inscrit Nathan, je me revois encore. J'ai appelé mon conjoint, et je pleure parce que je dis cette année, j'ai pu inscrire mes deux fils au hockey. »

Le trouble du spectre autistique, aussi connu sous le nom de TSA, touche environ 1 % des nouvelles naissances, soit en moyenne trois à quatre garçons pour une fille - un chiffre en constante augmentation, selon Autisme Québec.

L'offre d'activités adaptées pour les enfants du spectre autistique n'est pas à la hauteur des besoins, selon Sophie Plaisance, coordonnatrice au sein de l'organisme sans but lucratif Autisme Montérégie. Il y a des efforts, dit-elle, pour mettre sur pied du sport adapté à la clientèle autiste. Mais certaines initiatives ont dû être abandonnées, faute d'inscriptions. Il faut dire que les personnes souffrant du trouble du spectre autistique ont tendance à préférer les activités sédentaires, tout particulièrement celles devant l'ordinateur.

En cette fin de la saison de hockey, les parents s'entendent pour dire que leurs enfants sont beaucoup plus épanouis, confiants, heureux et fiers depuis qu'ils sont membres de l'équipe des Lynx. Karel Brossard et Vélika Fecteau, qui ont lancé cette initiative, espèrent maintenant que leur projet fera boule de neige, ailleurs dans la province.

Connaissez-vous d'autres initiatives qui permettent aux enfants autistes de pratiquer des sports? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

 

Grand Montréal

Société