•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrorisme : doit-on blâmer l'islam?

Un musulman lit le Coran dans une mosquée.

Un musulman lit le Coran dans une mosquée.

Photo : Samsul Said / Reuters

Radio-Canada

L'islam est-il une religion de paix ou de violence? La question revient cycliquement avec l'intensité des attaques perpétrées par des terroristes du groupe armé État islamique (EI) qui se plaisent à égrener des chapelets de versets coraniques pour justifier l'horreur. 

Un reportage de Ahmed KouaouTwitterCourriel

C'est un fait, le Coran contient des passages émaillés d'incitations au combat et de promesses d'une vie éternelle à ceux qui luttent pour la cause de Dieu. Cela va de l'appel à la guerre contre les mécréants aux exhortations à des supplices où se côtoient sang, mains et pieds coupés.

Doit-on conclure que la violence est intrinsèque au Coran? Les théologiens musulmans précisent qu'il faut replacer ce discours dans le contexte belliqueux du 7e siècle, et qu'il est inapproprié de relire aujourd'hui littéralement ces versets, comme le font les extrémistes de l'EI.

Cela dit, le Coran contient aussi des versets qui condamnent fermement le meurtre d'innocents et sacralisent la vie humaine. Ce qui fait de ce livre saint une somme de contradictions; la synthèse de versets violents et d'autres, pacifiques et infiniment humanistes. C'est, comme le résume l'islamologue Jean-René Milot, une « auberge espagnole », où le lecteur peut trouver ce qu'il veut, selon sa prédisposition.

Nous avons choisi quatre versets coraniques tirés de l'essai de traduction du Coran de Jacques Berque et utilisés pour justifier des exactions ou des appels au meurtre. Nous les avons soumis à l'imam Hassan Guillet. Nous avons aussi sollicité les analyses de l'islamologue Jean-René Milot et de Hassan Jamali, auteur du livre Coran et déviation politique, qui prône la réforme de l'islam.

Pour voir les vidéos sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Pour écouter le reportage d'Ahmed Kouaou diffusé à Désautels le dimanche, cliquez ici

Société