•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq nuits dans la peau d'un sans-abri

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le reportage de Fanny Samson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des étudiants de l'Université Laval ont passé les cinq dernières nuits à la belle étoile sur le campus de l'établissement. Sous un abri de fortune fabriqué avec des sacs de plastique, ils ont décidé de vivre l'expérience de l'itinérance.

Cette réalité touche près de 200 000 personnes au pays, selon une étude nationale. L'une des cinq participantes, Mélina Cardinal-Bradette, ne s'attendait pas à vivre une épreuve de la sorte. Elle hésite même lorsqu'on lui demande si elle répéterait l'expérience.

« J'ai trouvé ça quand même difficile pour être honnête, ça n'a pas été une semaine facile », dit-elle. L'étudiante en droit a trouvé la nuit dernière particulièrement froide après avoir vécu des soirées plus clémentes en début de semaine.

Les étudiants ont assisté à leur cours comme à l'habitude le jour, mais ils retournaient dans leur abri de fortune le soir venu.

Mélina Cardinal-Bradette n'est pas certaine si elle revivrait l'expérience.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mélina Cardinal-Bradette n'est pas certaine si elle revivrait l'expérience.

Ils ont étudié toute la semaine éclairés seulement par une lampe frontale en se nourrissant des dons recueillis sur le campus. Les cellulaires et toutes les commodités du quotidien étaient évidemment interdits pour vivre une immersion la plus réaliste possible. Mélina Cardinal-Bradette est tout de même bien consciente que l'expérience n'est qu'un aperçu de la réalité.

« Ce qu'on a vécu ce n'est même pas la vraie itinérance. C'est juste une parcelle de ce que ça peut être, mais c'est pour comprendre le feeling un peu de ce que ça fait de ne jamais retourner chez soi, ne jamais rien avoir. Juste de ne jamais avoir seulement un peu de stabilité, ça a été quand même un choc », indique-t-elle.

Ces étudiants en droit, en foresterie et en psychologie de l'Université Laval ont emboîté le pas au mouvement national 5 jours pour l'itinérance, qui existe depuis 2005.

L'activité visait aussi à amasser 7500 $ pour la Maison Dauphine, à Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !