•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

PKP cuisiné par ses adversaires…dans une ambiance conviviale

Premier débat au Parti québécois : compte rendu de Davide Gentile

Le premier débat officiel entre les cinq candidats à la direction du Parti québécois a surtout été l'occasion de présenter un argumentaire convergent sur l'importance de la souveraineté pour le développement économique du Québec, mardi soir à Trois-Rivières. Toutefois, cette vision commune n'a pas empêché Alexandre Cloutier, Bernard Drainville, Martine Ouellet et Pierre Céré de cuisiner Pierre Karl Péladeau chacun leur tour. 

Bernard Drainville a notamment attaqué la position référendaire du favori dans les sondages en lui demandant s'il était favorable, comme lui, à l'utilisation des ressources de l'État pour préparer le Québec à l'indépendance. M. Péladeau a alors rappelé qu'il entendait créer un institut de recherche appliquée sur l'indépendance du Québec, ce qui n'a pas satisfait l'ancien journaliste. « Tu n'as pas répondu à ma question, Pierre Karl, en tout respect », a lancé M. Drainville.

Sur cette question, Martine Ouellet souhaite tenir un référendum au cours du premier mandat d'un éventuel gouvernement péquiste, tandis qu'Alexandre Cloutier propose de ne tenir un référendum qu'après avoir obtenu un million de signatures dans un registre officiel. Quant à M. Drainville, il dit vouloir avoir un « momentum clair », et « quand on va avoir une tendance claire, on va le savoir ».

Martine Ouellet, Pierre Karl Péladeau et Alexandre CloutierMartine Ouellet, Pierre Karl Péladeau et Alexandre Cloutier Photo : PC / Paul Chiasson

Lorsque Martine Ouellet a tenté de connaître l'opinion de M. Péladeau sur le projet de loi interdisant les briseurs de grève, l'ex-patron de Québecor a esquivé la question, préférant parler des moyens qu'il comptait mettre de l'avant pour relancer l'emploi. Devant l'insistance de Mme Ouellet, il a réitéré que ce qui lui apparaissait important était de créer des entreprises.

Puis, lors des discussions sur le thème des finances publiques et le rôle de l'État québécois, ce fut au tour de Pierre Céré d'interroger avec insistance M. Péladeau. Après que ce dernier eut rappelé qu'il souhaitait lutter contre l'évasion fiscale, comme le mentionne sa plateforme économique, M. Céré a demandé à Pierre Karl Péladeau si des entreprises de Québecor avaient « déjà eu affaire avec les paradis fiscaux ». M. Péladeau a affirmé qu'il ne croyait pas qu'il était utile de parler de Québecor. « Je ne suis plus chez Québecor, je n'assume aucun poste de direction. [...] C'est complètement hors sujet », a-t-il déclaré.

En point de presse, M. Péladeau a affirmé avoir répondu à toutes les questions des militants qui avaient été retenues pour le débat, soutenant qu'il s'agissait là de l'objectif de l'événement.

Cloutier et PKP contre le gel des salaires

Lors du débat sur la fonction publique, Alexandre Cloutier s'est prononcé contre le gel des salaires des employés de l'État et a interpellé Pierre Karl Péladeau, qui s'est dit d'accord avec lui. Selon ce dernier, la stratégie du gouvernement actuel constitue « un manque de respect élémentaire à l'égard de l'importance que nous devons accorder à la fonction publique ».

M. Cloutier a enchaîné en disant qu'ils allaient donc « marcher ensemble pour défendre les travailleurs québécois ».

La péréquation : de la poudre aux yeux, selon les candidats

Interrogés quant à la capacité du Québec d'être un pays souverain alors qu'il obtient des milliards de dollars du gouvernement fédéral selon le système de péréquation, les candidats ont tous vertement critiqué la manière dont les impôts des Québécois sont dépensés par le gouvernement fédéral.

M. Drainville a lancé que la péréquation « est un dédommagement pour les dommages encourus dans la fédération canadienne », soulignant qu'Ottawa investira 100 milliards de dollars pour la construction et l'entretien de navires de la marine canadienne, et qu'« il n'y a pas un bateau qui sera construit ici », même si le Québec a des chantiers maritimes.

M. Céré a soutenu que la « péréquation, c'est l'image du parent pauvre, et en plus de ça, [le gouvernement fédéral] utilise notre argent pour dire qu'il va aider le parent pauvre, et pendant ce temps-là il coupe dans les transferts en santé et en éducation, et il vole dans la caisse d'assurance-chômage ».

M. Péladeau a soutenu qu'il échangerait son chèque de péréquation « n'importe quand pour l'entièreté de nos compétences, pour le rapatriement de nos impôts ».

Mme Ouellet a soutenu que la péréquation est un « faux débat » et que « si les investissements structurants étaient faits ici au Québec, ce n'est pas compliqué, la péréquation, on n'en aurait pas besoin ».

« On n'a jamais reçu si peu de péréquation par rapport au pourcentage du PIB », a affirmé M. Cloutier. « Pourtant, le gouvernement fédéral n'arrête pas de laisser entendre qu'on n'a jamais reçu autant d'argent d'Ottawa », a-t-il ajouté.

Des réponses pour les militants

Lors d'un échange au cours duquel Bernard Drainville disait avoir de la difficulté à obtenir des réponses de la part de Pierre Karl Péladeau sur la question de l'atteinte du déficit zéro, l'animateur du débat, le journaliste Gilles Gougeon, a interrompu la discussion.

« Je vous interromps ici et là-dessus, parce que vous avez déjà répondu à la question du citoyen. Parce que ce sont les questions des citoyens qui sont importantes ici ce soir, et ça va être vrai dans tous les débats », a dit M. Gougeon sous les applaudissements de la foule.

Quatre autres débats auront lieu : le 29 mars à Sherbrooke, le 16 avril à Québec, le 3 mai à Rimouski et le 7 mai à Montréal.

Lisez ci-dessous notre couverture en direct du premier débat.

 

Notre dossier

Politique