•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commissaire à l'éthique enquête sur le ministre Barrette

Le ministre Gaétan Barrette

Le ministre Gaétan Barrette

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le commissaire à l'éthique et à la déontologie de la province a ouvert une enquête sur le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette. 

C'est Stéphane Bergeron, qui est le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éthique et d'intégrité, qui avait formulé lundi dernier cette demande au commissaire à l'éthique, Jacques Saint-Laurent.

Selon M. Bergeron, le ministre Barrette aurait commis un manquement à l'article 16 du Code dans le processus de nomination des directeurs de département du Centre hospitalier de l'Université de Montréal. 

J'ai demandé au commissaire de faire enquête sur les manquements au Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale que pourrait avoir commis le ministre de la Santé et des Services sociaux en s'ingérant dans le processus de nomination des directeurs de département du CHUM, plus particulièrement sur son intervention visant à favoriser la nomination du Dr Patrick Harris comme directeur du département de chirurgie.

Le député péquiste de Verchères, Stéphane Bergeron

Le porte-parole du PQ en matière d'éthique croit avoir « des motifs raisonnables » de croire que le ministre a commis un manquement à l'article 16 du Code, qui stipule, entre autres, qu'un député « ne peut se prévaloir de sa charge pour influencer ou tenter d'influencer la décision d'une autre personne de façon à favoriser ses intérêts personnels ».

Le PQ blâme Gaétan Barrette

Aux yeux du Parti québécois, la crise qui a secoué le CHUM la semaine dernière est attribuable à la manière dont le ministre Barrette a agi dans les événements qui avaient précédé l'annonce du départ du DG Jacques Turgeon.

Le PQ est persuadé que Gaétan Barrette a exercé des pressions indues sur M. Turgeon dans le but de maintenir le Dr Patrick Harris à la tête du département de chirurgie du CHUM. Dans sa lettre de démission, rendue publique jeudi dernier, Jacques Turgeon reprochait à Gaétan Barrette d'avoir fait preuve « d'ingérence » et « d'abus de pouvoir ». 

Le commissaire à l'éthique et à la déontologie du Québec mène ses enquêtes à huis clos. Il remet un rapport d'enquête au président de l'Assemblée nationale s'il juge qu'il y a bel et bien eu manquement. Ce n'est que lorsque le rapport en question est déposé devant l'Assemblée nationale qu'il devient public.

Un conseil d'administration qui se reconstruit

Par ailleurs, trois des quatre administrateurs du Centre hospitalier de l'Université de Montréal, qui avaient remis leur démission après celle du directeur général Jacques Turgeon, reviennent en poste. Le CHUM a annoncé que le président du conseil d'administration, Jean-Claude Deschênes, avait réintégré ses fonctions, tout comme Paul Perrotte et Michel Gervais. Seul Jean Bragagnolo ne reviendra pas au conseil. Ils siégeront jusqu'au renouvellement du conseil le premier avril prochain.

Hier, Jacques Turgeon a été nommé président-directeur général du CHUM pour les trois prochaines années.

Avec les informations de Bruno Coulombe

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique