•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un prospectus controversé du Parti conservateur fait froncer des sourcils

Le questionnaire controversé d’un prospectus de Lawrence Toet, député conservateur à Winnipeg

Photo : CBC

Radio-Canada

Un prospectus envoyé par un député conservateur de Winnipeg, Lawrence Toet, aux électeurs de la circonscription d'Elmwood-Transcona fait réagir en raison d'une question tranchante qu'il pose au sujet du projet de loi antiterroriste C-51.

Le dépliant du député Toet présente les arguments pour l'adoption du projet de loi qui sont avancés par son parti. Au bas de la page, les gens sont invités à se prononcer sur le sujet en cochant l'une des deux options suivantes :

  1. « Oui, je suis d'accord avec mon député. Il faut prendre des mesures supplémentaires pour protéger le Canada contre les terroristes. »
  2. « Non, je ne suis pas d'accord. Les terroristes sont aussi des victimes. »

« Il s'agit d'une question tendancieuse », déclare l'une des personnes qui a reçu le prospectus, Curtis Brown. « Elle vise à identifier ceux qui seraient des partisans potentiels du Parti conservateur et ceux qui seraient à l'encontre des valeurs dites conservatrices. »

M. Brown, qui est vice-président de la firme Probe Research, a partagé une photo du prospectus sur Twitter. Le cliché s'est vite propagé sur les réseaux sociaux et l'agrégateur de nouvelles Reddit.

« J'ai lancé ça à la blague. Une firme de sondage ne formulerait jamais une telle question. C'est absurde », explique-t-il.

Ce n'est pas une façon légitime de sonder le public sur la question du projet de loi C-51 ou du terrorisme.

Curtis Brown, vice-président, Probe Research, et qui a reçu le prospectus

Selon Curtis Brown, beaucoup de gens ont exprimé leur indignation devant l'aspect « avec nous ou contre nous » de la question. D'autres sont fâchés que le dépliant soit envoyé en utilisant des fonds publics.

Dans une entrevue à l'émission Les coulisses du pouvoir vendredi, le commissaire fédéral à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, a dit qu'il croit que la portée du projet de loi C-51 est excessive, d'autant plus que les pouvoirs qui seraient octroyés à plusieurs agences fédérales toucheront des Canadiens ordinaires, sans offrir de garanties de respect de leur vie privée. Il craint que la future loi puisse compromettre leurs renseignements personnels.

Plus d'une centaine de chercheurs et d'organismes implorent le gouvernement Harper d'apporter des modifications importantes au projet de loi antiterroriste. Ils affirment que le projet a été rédigé de façon trop large et ne comporte pas assez de garanties pour protéger le droit à la vie privée des Canadiens.

Manitoba

Politique