ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

600 000 casiers judiciaires ne sont pas à jour au pays

Gendarmerie royale du Canada Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

À la suite de la diffusion de notre reportage, où des policiers et des procureurs de la Couronne réclament de façon urgente la mise à jour des casiers judiciaires au pays, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) indique que 600 000 casiers judiciaires au pays ne sont pas à jour et que le système ne sera entièrement informatisé qu'en 2018.

De plus, une fois que le système sera fonctionnel, il faudra attendre une année de plus avant que tous les dossiers en retard ne soient traités, affirme la GRC.

Jusqu'à hier, la GRC se bornait à expliquer que l'ensemble du système des casiers judiciaires n'était toujours pas informatisé, mais qu'elle y travaillait.

Le corps de police national indique maintenant que la modernisation de son système de gestion des casiers judiciaires aura lieu d'ici deux ans, en mars 2017, soit huit ans après que le vérificateur général du Canada a dénoncé la situation.

Pour le moment, les agents de la GRC reçoivent les mises à jour des relevés de condamnation en version papier. Tout le travail de saisie informatique de ces dossiers doit se faire manuellement.

L'informatisation complète de la procédure permettra des gains de temps majeur pour les policiers du pays, sachant qu'ils pourront entrer directement les décisions des tribunaux dans le système.

Le gouvernement montré du doigt

Durant la période de questions, mercredi, l'opposition officielle a vivement critiqué le gouvernement fédéral pour les retards dans la mise à jour des casiers judiciaires au pays.

« En raison de l'incompétence des conservateurs, nos policiers doivent travailler avec une base de données qui n'est pas à jour », a déploré la députée du NPD, Françoise Boivin. « On leur demande de lutter contre les terroristes et les criminels avec une main attachée dans le dos », a-t-elle ajouté.

Un défi de taille, selon Blaney

Le bureau du ministre de la Sécurité publique était avare de commentaires sur ce dossier jusqu'à la diffusion du reportage de Radio-Canada.

Mardi, en fin de journée, lors d'une entrevue à l'émission Power and Politics de CBC, Steven Blaney s'est finalement montré un peu plus loquace.

Le ministre fédérale de la Sécurité publique, Steven Blaney, en Chambre le 23 février 2015.Le ministre fédérale de la Sécurité publique, Steven Blaney, en Chambre. Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

« Il faut que nous fassions ce travail [de modernisation] plus rapidement. C'est tout un défi à travers le pays. Nous travaillons avec les provinces et les territoires pour accélérer les choses », a-t-il déclaré.

Il a aussi reconnu qu'une gestion des casiers judiciaires moderne améliorera l'efficacité du système judiciaire.

Le vice-président de l'Association canadienne des policiers, Yves Francoeur, n'avait pas manqué de souligner que le gouvernement fédéral actuel avait très à cœur la sécurité des citoyens, et qu'il devait par conséquent fournir aux policiers les outils nécessaires afin qu'ils fassent correctement leur travail.

D'après des informations de Brigitte Bureau

Enquêtes de Brigitte Bureau

Politique fédérale

Politique